Parce qu'on en a jamais assez !

DOSSIERBilan de l'année

LES MEILLEURS FILMS DE 2020 SELON RAPHAËL JULLIEN

En 2020, le temps a été malmené. Il a semblé s’être arrêté. Il a paru long. Il a aussi permis de se poser. Il a pu provoqué des retours en arrière mais également quelques accélérations. Le rythme de nos vies et de la société a été bouleversé. Et la culture a souvent été mise sur pause ou circonscrite au domicile.

Comme un reflet involontaire de cette situation hors normes, le temps a été au cœur de plusieurs grands films de l’année, prenant le pouls du temps long ("Adolescentes" ou "Play"), entrechoquant les temporalités ("Tenet" ou "Da 5 Bloods"), mettant la vie en suspens ("Madre", "Soul", "La Plateforme"…), ou plus classiquement en ayant recours aux flashbacks, aux montages parallèles et aux récits enchâssés (par exemple "Josep", "Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait" ou "Mank").

En ces temps troublés, il est plus que jamais évident que le monde a besoin d’art et de culture. Donc, entre autres, de films. Et notamment de films capables de montrer la complexité du monde, parfois en parvenant à insérer de la lumière et/ou de l’humour dans des récits qui parlent du pire : allier mal-être et utopie ("Adieu les cons", "Drunk"), se faire l’écho de luttes comme « Black Lives Matter » ("Tout simplement noir", "Da 5 Bloods", "Le Blues de Ma Rainey"), promouvoir la liberté d’être soi-même en-dehors des stéréotypes machos ("Petite Fille", "Calamity", "Deux", "La Première Marche", "Un vrai bonhomme"…), dénoncer divers types d’abus de pouvoir ("Les Sept de Chicago", "A Dark, Dark Man", "Team USA", "Le Dernier Prisonnier"…), ou encore réfléchir aux logiques de haine et aux idéologies extrémistes ("La Cravate", "Jojo Rabbit", "Le Goût de la haine", "Josep", "Petit Pays", "Mosul"…).

Plus que jamais, les films peuvent être un phare pour le futur ou un étendard pour la jeunesse, que celle-ci soit plus ou moins paumée, pleine d’espoir ou un peu des deux. Cette jeunesse a d’ailleurs été omniprésente sur nos écrans en 2020 : "Adolescentes", "Calamity", "Mignonnes", "Benni", "La Communion", "Petite Fille", "La Dernière Vie de Simon", "Un vrai bonhomme", "Été 85", "En avant"…

Plus que jamais, les films sont des fenêtres essentielles, des ouvertures sur l’autre et sur l’ailleurs, nous permettant de changer de regard sur la réalité, et de vivre ou voyager par procuration au-delà de nos frontières : "Madre", "Le Miracle du saint inconnu", "Histoire d’un regard", "A Dark, Dark Man"…

Plus que jamais, les films conservent le potentiel de nous faire rire, rêver ou reprendre contact avec l’essentiel : "Play", "Soul", "Antoinette dans les Cévennes", "Eurovision Song Contest: The Story of Fire Saga", "L’Incroyable Histoire de l’Île de la Rose", "En avant"…

Évidemment, année pourrie par excellence, 2020 n’a pas échappé au pire du « cinéma », avec notamment deux films franchement nocifs et odieux ("Hold-Up" et "365 jours"), une navrante hagiographie ("Anelka, l’incompris") et des nanars dans un style plus habituel ("Bronx" ou "The Last Days of American Crime"). Nous n’avons pas non plus évité les déceptions, parmi lesquelles trois films où tout n’est pas à jeter mais qui pèchent par un excès de recherche stylistique aux dépens du fond et de l’âme : le beau mais vide "1917", le frustrant "L’Ombre de Staline" et le pénible "Uncut Gems".

On pourrait être mauvaise langue et constater que ces navets et déceptions sont pour la plupart sortis en ligne. Mais il faut bien admettre que, par exemple, Netflix a aussi proposé de bons films (voir plus bas). En ces temps où les salles nous manquent et doivent être soutenues, osons avouer que la VOD et les plateformes ont permis aux cinéphiles de mieux vivre les périodes de confinement et de fermeture des lieux de spectacle, et qu’il est vital de trouver des solutions pour que ces différentes économies coexistent. Pour le meilleur plutôt que pour le pire !

TOP 10 films

1. "La Cravate", de Mathias Théry et Étienne Chaillou
2. "Adolescentes", de Sébastien Lifshitz
3. "Madre", de Roberto Sorogoyen
4. "Tenet", de Christopher Nolan
5. "Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary", de Rémi Chayé
6. "Soul", de Pete Docter et Kemp Powers
7. "Tout simplement noir", de Jean-Pascal Zadi et John Wax
8. "Le Miracle du saint inconnu", d’Alaa Edine Aljem
9. "Play", d’Anthony Marciano
10. "Jojo Rabbit", de Taika Waititi

FLOP 5 films

1. "Hold-Up", de Pierre Barnérias
2. "365 jours", de Barbara Bialowas et Tomasz Mandes
3. "Anelka, l’incompris", de Franck Nataf
4. "Bronx", d’Olivier Marchal
5. "The Last Days of American Crime", d’Olivier Megaton

TOP 5 réalisateurs

1. Mathias Théry et Étienne Chaillou ("La Cravate")
2. Roberto Sorogoyen ("Madre")
3. Sébastien Lifshitz ("Adolescentes" et "Petite Fille")
4. Christopher Nolan ("Tenet")
5. Adilkhan Yerzhanov ("A Dark, Dark Man")

TOP 5 actrices

1. Marta Nieto ("Madre")
2. Helena Zengel ("Benni")
3. Laure Calamy ("Antoinette dans les Cévennes" et "Garçon chiffon")
4. Camélia Jordana ("Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait")
5. Jessie Buckley ("Je veux juste en finir")
Mention spéciale hors films : Shira Haas, incandescente dans la mini-série "Unorthodox".

TOP 5 acteurs

1. Maciej Musialowski ("Le Goût de la haine")
2. Mads Mikkelsen ("Drunk")
3. Benjamin Voisin ("La Dernière Vie de Simon", "Un vrai bonhomme" et "Été 85")
4. Bartosz Bielenia ("La Communion")
5. Vincent Macaigne ("Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait")

TOP thématique : les meilleurs films de fiction de Netflix pour faire passer la pilule de la fermeture des cinémas

1. "Le Goût de la haine", de Jan Komasa
2. "Les Sept de Chicago", d’Aaron Sorkin
3. "La Plateforme", de Galder Gaztelu-Urrutia
4. "Da 5 Bloods", de Spike Lee
5. "Eurovision Song Contest: The Story of Fire Saga", de David Dobkin
6. "Je veux juste en finir", de Charlie Kaufman
7. "L’Incroyable Histoire de l’Île de la Rose", de Sydney Sibilia
8. "Mank", de David Fincher
9. "#Alive", de Cho Il-hyeong
10. "Kadaver", de Jarand Herdal
Bonus documentaire : "Team USA : Scandale dans le monde de la gymnastique", de Bonni Cohen et Jon Shenk

TOP thématique : ces films où les enfants et adolescent-e-s crèvent l’écran !

Les interprètes suivants étaient mineurs au moment du tournage ou/et interprétaient des personnages mineurs.
1. "Benni" : Helena Zengel
2. "Madre" : Jules Porier, Álvaro Apilánez (voix seulement) et Lou Lampros
3. "Mignonnes" : Fathia Youssouf, Médina El Aidi-Azouni, Esther Gohourou, Ilanah Cami-Goursolas et Myriam Hamma
4. "Play" : Alexandre Desrousseaux, Gabriel Caballero, Gabriel Brunet, Mathias Barthélémy, Camille Richeux, Jules Porier (bis !), Thomas Aprahamian et Marie Narbonne
5. "Jojo Rabbit" : Roman Griffin Davis, Tomasin McKenzie et Archie Yates
6. "Petit Pays" : Djibril Vancoppenolle, Dayla De Medina et Tao Monladja
7. "La Dernière Vie de Simon" : Albert Geffrier, Simon Susset et Vicki Andren
8. "Un vrai bonhomme" : Thomas Guy, Tasnim Jamlaoui et Nils Othenin-Girard
9. "Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary" : Salomé Boulven (voix seulement)
10. "Minuit dans l’univers" : Caoilinn Springall
Bonus documentaires : Anaïs et Emma dans "Adolescentes" et Sasha dans "Petite Fille"

Révélations de l’année 2020

S’il n’est pas tout à fait un débutant, c’est bien en 2020 que la France a découvert le réalisateur polonais Jan Komasa (né en 1981), d’abord en salles juste avant le confinement avec "La Communion", puis sur Netflix avec "Le Goût de la haine". Deux longs métrages qui ont également révélé deux excellents acteurs (voir top acteurs plus haut).

Côté français, Benjamin Voisin en a sans doute séduit plus d’un-e avec pas moins de trois films cette année pour cet acteur quasi sorti de nulle part : charmant dans "La Dernière Vie de Simon" et surtout incroyablement charismatique dans "Un vrai bonhomme" et "Été 85".

Bonus : hommage

En 2020, Chadwick Boseman est mort bien trop tôt, à l’âge de 43 ans. Ses deux derniers films resteront donc "Da 5 Bloods" et "Le Blues de Ma Rainey", tous deux sortis en 2020 sur Netflix et dont il est l'un des principaux atouts. Adieu et merci !

Raphaël Jullien Envoyer un message au rédacteur