Banniere_Festival_Lumiere_2020

LES CHOSES QU'ON DIT, LES CHOSES QU'ON FAIT

Un film de Emmanuel Mouret

Le film de la maturité

Maxime débarque dans la maison de campagne de son ami François. Ce dernier ayant dû s’absenter pour son travail, il est accueilli par sa compagne, Daphné, enceinte. , son cousin qu’elle n’avait jamais rencontré. Heureux d’un certain calme qui pourrait favoriser son écriture, Maxime fait connaissance de Daphné, qui l’incite à lui confier une histoire d’amour. Ces récits intimes vont s’enchaîner jusqu’à provoquer quelques bouleversements…

Les Choses qu'ont dit, les Choses qu'on fait film

Emmanuel Mouret ("Fais-moi plaisir", "Caprice") n’a pas son pareil pour aborder avec une certaine légèreté les choses de l’amour, les moments ratés, les erreurs d’interprétations, les détails qui font chavirer une relation. Dans "Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait", film labellisé Sélection Cannes 2020, il mêle avec brio des tonalités nostalgiques, des regrets plus ou moins amer, le manque et la renaissance de l’espoir, avec des quiproquos amusants, comme des situations en apparence sorties d’un roman de gare. Mais ne nous y trompons pas, sa capacité à donner de la substance à des dialogues précis, aussi cruels que révélateurs, comme celle de découper son récit en histoires imbriquées ici les unes dans les autres (un flash-back cache souvent une autre histoire, voire même une troisième) est tout juste éblouissante.

Donnant ainsi la parole à chacun de ses (nombreux) personnages, interprétant parfois à leur manière un même événement, ou en dévoilant une facette inconnue, tisse une série d’intrigues aussi complexe que touchante. Naturellement, le film repose également sur les épaules d’un casting des plus hétéroclites, mais profondément crédible. Niels Schneider semble se laisser aller au grès d’espoirs déçus. Camélia Jordana bascule doucement dans le doute. Vincent Macaigne oscille entre les coups de chance ou du sort. Guillaume Gouix campe un meilleur ami des plus loyaux. Quant à Emilie Dequenne, elle est finalement la source des moments les plus amers. Judicieux dans son propos de bout en bout, le film aborde l’adultère, le désir, la possession, les regrets avec une aisance déconcertante.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire