LA CRAVATE

Avec

Au-delà de l’apparence…

Bastien a vingt ans. Il milite depuis cinq ans pour le Front National, en tant que colleur d’affiches ou en assistant le second de la permanence située dans son petit village picard. Lorsque la campagne présidentielle démarre, il est invité à s’impliquer davantage et à endosser un costume de politicien. Mais en rêvant d’une carrière, il voit son sombre passé ressurgir et découvre la fausseté des manœuvres politiciennes… Après avoir été suivi durant tout ce temps par la caméra, il fait la lecture de ce que les deux réalisateurs du documentaire ont écrit sur ce qu’ils ont vu…

La cravate film image

Un attribut indispensable à la panoplie du politicien, choisi pour paraître propre et distingué. Un objet qui enserre le cou au point de faire étouffer son détenteur s’il tire trop dessus. Tout est dit, par le double sens de ce titre génialement choisi, sur la stratégie d’un FN en quête de dédiabolisation et sur une quête de respectabilité qui menace de se retourner contre son sujet. D’un documentaire conçu au départ comme un regard objectif sur les jeunesses politiques (habillées en costard et causant déjà comme de vieux briscards de la profession), le film de Mathias Théry et Etienne Chaillou (déjà auteurs de "La sociologue et l’ourson") aura changé d’orientation dès la rencontre avec Bastien, jeune militant FN fasciné par la figure patriote de Marine Le Pen et plus que jamais désireux de grimper dans la hiérarchie du parti.

Comment ce jeune en est-il arrivé là ? La question s’est posée au terme d’un audacieux processus d’enquête : d’abord un long suivi de Bastien dans son quotidien de militant nationaliste et de dirigeant d’un laser game, enfin un long entretien face caméra où Bastien, en lisant le compte-rendu écrit des deux réalisateurs qui l’ont suivi, livre soudain une vérité que son parti politique l’obligeait à taire. Au début, ses premiers retours se limitent à des petites corrections pas très capitales ou à des digressions décontractées. Mais dès que le chapitre des « vieux démons » est ouvert, Bastien ne peut plus se défiler. Il doit affronter sa propre vérité, et le film, désireux de ne jamais le diaboliser mais avant tout de le comprendre (ce qui est le propre de l’exercice sociologique), lui offre l’occasion d’une psychanalyse faite film.

Un simple effet de superposition d’images suffit à illustrer ce qui est sensé se produire dans ce film : lorsque la bouche du narrateur se superpose à l’oreille de Bastien, c’est une façon d’illustrer à quel point ce processus d’écoute et ce point de vue extérieur peuvent influencer un jugement, renverser un a priori, changer une destinée. Précisons qu’ici, le but du documentaire n’est pas de renverser les convictions d’un jeune facho pour mieux l’inviter à rejoindre le clan adverse. Point de militantisme politique derrière ce parti pris, mais un regard affûté, réflexif et mesuré, qui pose les bonnes questions à son sujet et l’invite à s’interroger sur lui-même. Par exemple, si l’entendre évoquer son sombre passé – que l’on avait un peu deviné à l’avance – ne surprend guère, le voir ensuite confesser face caméra le souvenir d’un acte insensé et impulsif qui aurait pu s’avérer fatal fait froid dans le dos, tout en mettant le doigt sur la fragilité d’un esprit orienté, téléguidé et immature, que le dialogue et le questionnement sur soi-même peuvent sauver.

Le film ne cache évidemment rien des manœuvres politiciennes où tout n’est que mascarade et déguisement dans un but de dédiabolisation, des actions de Florian Philippot pour flatter le jeune électorat via YouTube jusqu’à la fausseté des jeunes loups ambitieux qui pratiquent autant la flagornerie que la brutalité. Mais en restant concentré sur l’un de ceux qui participent à la montée des partis nationalistes, en contrant l’effet de propagande par un habile jeu sur le son, et en creusant par l’échange l’origine de ce processus d’adhésion et de communication, les deux réalisateurs ont visé constamment juste et, in fine, opéré un saisissant geste de cinéma.

Guillaume GasEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire