Parce qu'on en a jamais assez !

Hiam Abbass

Réalisateur - Interprète

Née en 1960 à Nazareth, Hiam Abbass grandit dans un village de Galilée, en Israël. Elle suit des études de photographie à Haïfa avant de rejoindre la troupe de théâtre palestinienne El-Hakawati et de se destiner à une carrière de comédienne.

En 1987, elle fait sa première apparition au cinéma dans « Noce en Galilée » de Michel Khleifi. Supportant de plus en plus mal le conflit israélo-palestinien, elle quitte son pays en 1988 et s'installe, d'abord à Londres, puis à Paris où elle s'est imposée comme actrice de cinéma.

Passant par Cédric Klapisch « Poisson rouge » (1994) et « Chacun cherche son chat » (1996), elle est aussi à l’affiche de « Vivre Au Paradis » (1998) de Bourlem Guerdjou et « Ligne 208 » de Bruno Dumont (2001). Mais c’est surtout dans le film « Satin Rouge » (2002) de Raja Amari qu’elle connaît son premier grand rôle. La même année elle donne la réplique aux fils et père Depardieu dans « Aime ton père » de Jacob Berger.

Hiam Abbass s’en retourne ensuite sur ses terres et tourne « La Porte du Soleil » (2004) de Yousri Nasrallah, « Paradise Now » (2005) de Hany Abu-assad Leïla, « Free zone » (2005) d'Amos Gitaï avant d'incarner Anna dans « La Nativité » de Catherine Hardwicke (2006).
Cette année-là, elle est consultée par Steven Spielberg pour son film « Munich », y joue un petit rôle et fait l’interprète sur le plateau de tournage.

De retour en France, elle prête sa voix pour le film « Azur et Asmar » de Michel Ocelot, joue dans « Dialogue avec mon jardinier » de Jean Becker (2007), « La fabrique des sentiments » de Jean-Marc Moutout (2008) et retrouve Amos Gitaï pour « Désengagement » (2008), aux côtés de Juliette Binoche et Jeanne Moreau, ainsi que Eran Riklis avec « Les Citronniers » (2008).

Artiste à part entière, Hiam a également signé deux courts-métrages : « Le pain » en 2000 et « La danse éternelle » en 2003. Après son expérience avec Spielberg, elle réitère sa démarche artistique avec Alejandro Gonzales Innaritu sur « Babel » (2006) et « Le scaphandre et le papillon » de Julian Schnabel (2007) où elle va jusqu’à aider les enfants à exprimer leurs émotions devant leur caméra.

Elle illumine enfin le film de Thomas McCarthy « The Visitor » aux côtés de Richard Jenkins.

Filmographie sélective

2002 : Aime ton père, de Jacob Berger
2002 : Satin rouge, de Raja Amari
2005 : La Fiancée syrienne, d'Eran Riklis
2005 : Le Démon de midi, de Marie-Pascale Osterrieth
2005 : Paradise Now, de Hany Abu-Assad
2005 : Free Zone, d'Amos Gitaï
2006 : Munich, de Steven Spielberg
2007 : Dialogue avec mon jardinier, de Jean Becker
2008 : Désengagement, d'Amos Gitaï
2008 : The Visitor, de Tom McCarthy
2008 : La Fabrique des sentiments, de Jean-Marc Moutout
2008 : Les Citronniers, d'Eran Riklis
2009 : The Limits of Control, de Jim Jarmusch
2009 : Espion(s), de Nicolas Saada
2009 : Amerrika, de Cherien Dabis
2009 : Persécution, de Patrice Chéreau
2010 : Miral, de Julian Schnabel
2011 : La Source des femmes, de Radu Mihaileanu
2012 : Une bouteille à la mer, de Thierry Binisti

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A RÉALISÉ
A JOUÉ DANS

AUTRES ARTICLES SUR ABUS DE CINÉ