Banniere-Berlinale-2019

Jonah Hill

Interprète

Membre fidèle de la bande à Judd Apatow, Jonah Hill est devenu une figure incontournable des comédies américaines. Sa bonne bouille et ses railleries verbales ont arpenté de nombreuses comédies à succès ces dernières années. Malgré ces succès, l’acteur n’hésite pas à se diversifier et à s’immiscer dans des univers plus sérieux.

Jonah Hill est né Jonah Hill Feldstein le 20 Décembre 1983 à Los Angeles, Californie, d’une mère costumière et styliste et d’un père agent, notamment des Guns N’Roses. Son enfance paisible est marquée par la télévision devant laquelle il passe un nombre incalculable d’heures. Il passe alors son temps à dévorer toutes les sitcoms que lui propose la télévision américaine, en particulier « Les Simpsons » et « The Larry Sanders Show ». Mais très vite, plus que la série en elle-même, le garçon va s’intéresser au processus de création de ces shows et notamment leur écriture. C’est ainsi que dès l’âge de 10 ans, il s’amuse à écrire lui-même des petits sketchs ou des histoires humoristiques. Le lycée va renforcer sa passion pour l’art dramatique, grâce aux cours qu’il suit sur la matière. Alors que son frère suit les traces du paternel pour devenir manager dans le domaine musical, Jonah Hill ne rêve que de cinéma. Un peu enrobé, il profite alors de ses talents comiques pour draguer ses petites camarades, entraînement qui lui permet de développer son sens de la répartie et d’expérimenter ses derniers textes. Une fois son diplôme du secondaire en poche, le futur comédien décide de quitter la Californie pour New York afin de suivre des cours d’art dramatique à la New School. Il profite des conseils de ses professeurs pour écrire ses propres pièces qu’il joue lui-même dans un bar de New-York, le White and Black Bar. S’apparentant parfois à des one-man shows, le jeune homme prend un véritable plaisir à réciter ses textes. C’est alors que germe en lui l’idée de devenir comédien. Alors qu’il avait toujours pensé devenir scénariste ou showrunner, il rêve désormais d’occuper le devant de la caméra.

Fréquentant la même école, les deux enfants de Dustin Hoffman deviennent les meilleurs amis de Jonah Hill, opportunité qui offre au jeune humoriste de rencontre le comédien. Séduit par le talent du jeune garçon, l’illustre interprète de Ted Kramer l’aide à passer une audition pour sa prochaine comédie, « J’adore Huckabees ». Enrichi de cette expérience, Jonah Hill obtient également une apparition dans la série « NYPD Blue ». L’année suivante, toujours aussi proche du fils de Dustin Hoffman, Jake, il occupe le rôle principal de son court-métrage « Pancho’s Pizza » et le jeune acteur décide de s’entourer d’un agent, afin de pouvoir avoir accès à de nombreux castings. Déterminé à réussir, Jonah Hill délaisse de plus en plus les bancs de l’école pour s’asseoir dans les salles d’attente des différentes auditions auxquelles il participe. Son agent, Peter Pricipato, lui fait rencontrer le producteur et futur réalisateur Judd Apatow. L’alchimie entre les deux hommes est immédiate, et cette rencontre va être le point de départ d’une fructueuse collaboration. En effet, Apatow offre à Hill une apparition dans sa première réalisation « 40 ans, toujours puceau », carton critique et public, et fer de lance de ce qu’on appellera le style Apatow. Surtout, le nouveau nabab de la comédie offre au jeune comédien un rôle bien plus important dans son deuxième film en tant que metteur en scène « En cloque, mode d’emploi » et sa première tête d’affiche dans la comédie qu’il produit « SuperGrave ». Le teen movie est à nouveau un triomphe public et offre une notoriété immense à Jonah Hill. Se révélant ainsi dans des comédies graveleuses mais intelligentes, il devient l’une des figures de proue du renouveau de ce genre cinématographique, si longtemps délaissé par les scénaristes talentueux.

Ne délaissant pas ses talents de scénaristes, il écrit « Pure imagination » pour Sony, histoire d’un homme qui s’invente un ami imaginaire après un traumatisme. S’il continue à apparaître dans les productions d’Apatow (« Sans Sarah rien ne va ! », « Funny People » ou « American Trip »), il apparaît également au générique de nombreuses autres comédies, se révélant définitivement comme l’une des valeurs américaines montantes de ce genre cinématographique (« Evan tout puissant », « Le garçon à Mamie », « Click » ou encore « La nuit au musée 2 »). Sa passion pour l’animation n’a pas disparu et l’acteur ne rechigne jamais à prêter sa voix pour les différents projets qu’on lui propose (« Horton », « Dragons » et « Megamind ») jusqu’à créer en 2011, sa propre série animée, pour laquelle il donne également de la voix, « Allen Gregory » retraçant l’histoire d’un enfant star obligé d’aller à l’école. Ces dernières années, on observe également une volonté de se diversifier et de se confronter à des rôles plus sérieux ou plus exigeants. On le retrouve ainsi en fils piqué au vif pour la nouvelle relation de sa mère qu’il dénigre dans « Cyrus » et en expert des statistiques dans l’excellent « Le stratège » aux cotés de Brad Pitt. Sa prestation impeccable dans ce drame sportif impressionne les critiques, sa palette de jeu étant bien plus dense qu’on aurait pu l’imaginer, et lui vaut une nomination aux Golden Globes et aux Oscars. En 2012, il signe le scénario de l’adaptation cinématographique de la série culte de la fin des années 80, « 21 Jump Street », dans laquelle il incarne également un jeune flic débutant complètement barré et forme avec Channing Tatum un duo improbable aux nombreuses maladresses. Ce film marque également son étonnante transformation physique, se délestant de nombreux kilos afin de parvenir à enchaîner le rythme du tournage et les différentes scènes d’action.

Aujourd’hui, Jonah Hill est plus que jamais l’une des grandes figures des comédies américaines. Membre de la team Apatow, il a participé au renouveau des teen-movies et n’hésite pas à participer au scénario de ses différents projets afin que l’intelligence prime sur la vulgarité. Toutefois, le cantonner à la comédie serait une erreur au vu de ses derniers projets et il est fort probable que le comédien continue dans cette direction, son talent lui permettant de se diversifier.

Le saviez-vous ?

Jonah Hill s’est essayé à la production avec « Brüno », film satirique sur l’univers de la mode et du star-system avec Sacha Baron Cohen en tête d’affiche. Il est également passé derrière la caméra pour le clip « Gonna Get Over You » de la chanteuse Sara Bareilles.

Filmographie sélective

2012 : Voisins du troisième type, d’Akiva Schaffer
2012 : 21 Jump Street, de Phil Lord et Chris Miller
2012 : The Sitter, de David Gordon Green
2011 : Le stratège, de Bennett Miller
2010 : Megamind, de Tom McGrath
2010 : Cyrus, de Jay et Mark Duplass
2010 : American Trip, de Nicholas Stoller
2010 : Dragons, de Chris Sanders et Dean Deblois
2010 : The Invention of Lying, de Ricky Gervais et Matthew Robinson
2009 : La nuit au musée 2, de Shawn Levy
2009 : Funny People, de Judd Apatow
2008 : Sans Sarah rien ne va !, de Nicholas Stoller
2007 : SuperGrave, de Greg Mottola
2007 : En cloque, mode d’emploi, de Judd Apatow
2007 : Evan tout puissant, de Tom Shadyac
2005 : 40 toujours puceau, de Judd Apatow

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A JOUÉ DANS