Parce qu'on en a jamais assez !

SAUSAGE PARTY

Chair fraîche

Dans une grande surface, tous les aliments et produits ne pensent qu'à une chose : être enfin choisis par un client, pour passer dans le monde de l'au-delà. Tous imaginent qu’au-delà des portes du magasin, les Dieux-humains prennent soin des aliments et les dorlotent. Mais tout cela ne pourrait bien être qu’une légende, aux dires d’un pot de moutarde douce, revenu de là-bas...

Après les navrants films marketing, faits pour vendre des disques ou du merchandising (suivez mon regard vers les "Trolls"...), voici enfin un peu d'audace au menu d'un film d'animation. "Sausage Party" aurait pu se fondre dans la masse des nombreux dessins animés de la saison (il en sort pratiquement un par semaine depuis la rentrée) s'il ne développait pas une esthétique et un langage sexués des plus déstabilisants, tantôt flirtant avec la vulgarité, tantôt provoquant de grands éclats de rire.

Le principe de départ est donc simple : parmi les aliments en vente au magasin, à la veille du 4 juillet (fête nationale américaine où quasi tout le monde y va de son propre barbecue), les saucisses à hot-dog (forcément très phalliques) draguent les petits pains "buns" (qu’elles sont censées fourrer). Vous l'aurez compris la légèreté n'est pas forcément au rendez-vous, mais les allusions sexuelles, comme à la punition divine qui les attend peut-être, sont souvent croustillantes.

Du coup, on suit avec un certain intérêt les tribulations de cette bande d'aliments en sursis, à laquelle se joignent un burrito décapant et un bagel plutôt réservé. On découvre avec eux divers endroits du magasin, depuis le repère des « non périssables », présentés comme de faux prophètes indiens, jusqu'aux dangereux rayons d’alcool ou de produits mexicains (où réside une femelle Taco aux jambes effilées). "Sausage Party" est donc un film hors normes, qui vous amène de surprise en surprise ! Si l’on préfèrera tenir à distance les enfants (à moins que l’on veuille leur expliquer certaines choses de la vie !), les adultes ne devraient pas bouder leur plaisir. Conrad Vernon et Greg Tiernan vous ont concocté quelques scènes cultes, telles la découverte par certains aliments de la cuisine (véritable boucherie façon film d'horreur) ou l'accident de caddie (digne d'un film catastrophe). Une œuvre irrévérencieuse au possible et bourrée de clins d'œil cinéphiles : à savourer sans modération !

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire