Parce qu'on en a jamais assez !

VOISINS DU TROISIEME TYPE

Un film de Akiva Schaffer

Rencontres du mauvais type

Glenview est la ville idéale dans une Amérique idéale. Et Evan a tout du citoyen parfait : responsable de l’hypermarché local, excellent mari, président du club de jogging et prof d’anglais à ses heures pour les habitants d’origine étrangère, il déroule sa petite vie tranquille au fil des saisons. Mais lorsque le vigile de nuit de son magasin est retrouvé mort, déchiqueté, Evan décide de créer un comité de surveillance de quartier avec les quelques citoyens les plus motivés – et les plus stupides – du coin…

« Voisins du troisième type » a été précédé, bien malgré lui, d’une réputation sulfureuse. D’abord parce qu’il a été classé « Restricted » par la MPAA aux États-Unis, c’est-à-dire interdit aux mineurs de moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte. Ensuite parce que sa sortie a été repoussée de plusieurs mois suite à un fait divers tragique sensément trop proche du film : le meurtre d’un jeune noir, Trayvor Martin, par le membre d’un comité de surveillance de quartier. En conséquence, on s’attendait à voir un long-métrage certes porté sur l’humour, mais sombre et cynique, violent et cru. Une radioscopie en négatif de la société américaine et de ses travers. Un encéphalogramme de la paranoïa ambiante, résultat de huit années de présidence républicaine après le 11-Septembre, avec son lot de Patriot Act et d’écoutes téléphoniques illégales. En réalité, « Voisins du troisième type » n’est qu’un film médiocre destiné aux adolescents boutonneux peu regardants sur la subtilité des blagues ; et si message moral il y a, il est écrasé sous une épaisse couche de rire grassouillet, comme une cuisse de poulet KFC sous la friture.

Produit par Shawn Levy, le réalisateur des deux « Nuit au musée », ces « Voisins du troisième type » réunissent pourtant un casting plutôt sympathique, composé des habitués Ben Stiller et Vince Vaughn, auxquels sont venus se joindre Jonah Hill, échappé de l’écurie Judd Apatow (comme tout Seth Rogen, crédit comme coscénariste), et Richard Ayoade, réalisateur de « Submarine » en 2010. Les quatre hommes forment le fameux comité de surveillance, en fait un regroupement de beaufs frustrés et sociopathes (dont un a été exclu de l’armée et débouté de la police !) au milieu desquels Evan, plein de bons sentiments, fait exception. Le rythme narratif, d’ailleurs bien mené par Akiva Schaffer, un ancien du Saturday Night Live passé à la mise en scène de cinéma en 2007 avec « Hot Rod », se cale sur les aléas de la relation complexe entre ces quatre personnages, qui passent l’essentiel de leur temps à planquer sur des parkings en buvant de la bière et en racontant des blagues salaces.

Sur fond d’invasion extraterrestre, on assiste à la quête de légitimité d’un groupe d’Américains caricaturaux dont les ambitions se limitent au prochain coup qu’ils vont tirer ou à la prochaine canette qu’ils vont vider. La bassesse des gags et la gaucherie des situations plairont sans doute aux admirateurs d’un Ben Stiller ici plus effacé que d’habitude et d’un Vince Vaughn en roue libre, mais l’honnêteté oblige à dire que dans sa majeure partie, « Voisins du troisième type » est un film lourd et bêta, manquant singulièrement de la plus élémentaire des finesses. Mise à part quelques rires, surtout dans une première partie plus réussie que le reste, cette grosse pochade ne provoque pas vraiment d’émotions, qu’elles soient du premier, du second ou du troisième type.

Eric NuevoEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire