Banniere Festival de Venise 2022 ( Mostra del Cinema de Venezia 2022

NEWS

Festival

Festival de Venise 2022 : Palmarès

11 septembre 2022
Festival de Venise 2022 Impression 06 All the beauty and the bloodshed horizontale
© Nan Goldin, Fourni par la Biennale de Venise

Difficile de ne pas avoir un sentiment de déception face au palmarès d'une Mostra de Venise 2022 à la compétition de haute tenue, qui aura finalement primé le seul documentaire en compétition, "All the beauty and the bloodshed", portrait approfondi de la photographe et activiste Nan Goldin, traitant notamment de son combat contre les fabriquants d’opiacés. Un film qui demeurera cependant sans doute mineur, face à l'immense "Bardo" de Alejandro G. Inarritu, "The Whale" de Darren Aronofsky et surtout "Love Life" de Kôji Fukada, le vrai grand oublié du palmarès, qui contrairement aux deux autres films cités ici avait fait l’unanimité ici.

Les plus grands étonnements viennent du prix très élevé pour un "Saint Omer" largement surestimé (le Grand Prix), succession rébarbative de plans fixes et de récitations, qui aboutit à une conclusion banale sur la transmission (tout ça pour ça), et du prix de la mise en scène pour Luca Guadagnino (dont on a adoré d’autres films bien plus aboutis... y compris son dernier documentaire, toujours inédit en France) pour un "Bones and all" qui traite de l’acceptation de sa différence, mais pour lequel il n’a pas manqué de resservir le discours rebattu de la palme d’or "Titane" l'an dernier, sur les droits de supposés « monstres ». Sa jeune actrice Taylor Russel quant à elle a mérité son prix de révélation, car elle porte une bonne partie de ce film de passage à l’âge adulte sur ses épaules. Mais que penser du prix du meilleur premier film pour "Saint Omer", alors qu’Alice Diop a déjà réalisé plusieurs longs, dont le laborieux documentaire-essai "Nous" présenté à Berlin en 2021. Un vrai scandale qui a privé d’autres réalisateurs ou réalisatrices d’un prix pour leur véritable première œuvre. Les documentaires sont en genre en soi, ils n’en sont pas moins des longs métragesn, comme le prouve d'ailleurs le message envoyé par celui primé en tant que Lion d'or. On nage en pleine contradiction.

Heureusement Jafar Panahi a eu droit à une belle standing ovation pour son prix du jury avec "No bears" ("Les ours n’existent pas"), aux différents niveaux de lecture. Le prix du meilleur scénario est revenu fort justement à Martin McDonagh pour le formidable "The Banshees of Inisherin", tandis que le rôle d’ami désemparé de Colin Farrell dans le même film lui aura valu un prix d’interprétation masculine surprise, mais mérité. Enfin Cate Blanchett aura réussi à convaincre le jury avec sa formidable prestation dans "Tár", en cheffe d’orchestre aux abus de pouvoir récurrents. Elle le mérite amplement, mais le fait qu’elle ai déjà eu le prix pour "I'm not there" de Todd Haynes il y a 15 ans ne jouait pas en sa faveur, étant donnée la concurrence.

Côté section Orizzonti, c’est le percutant film iranien "World War III" qui a reporté le Prix du meilleur film avec son histoire de SDF amené à remplacer l’acteur jouant Hitler dans un film tourné sur le terrain om il réside, son acteur principal, Mohsen Tanabandeh, repartant également avec le Prix d'interprétation. Enfin, le très intelligent "From the main square", sur la monté des totalitarismes, a remporté le Grand Prix de la section Venise Immersive (films en réalité virtuelle), le Lion d’or revenant à "The man who couldn't leave", l'un des 5 films en VR sur 30 que nous n’avons malheureusement pas pu découvrir, faute de temps. Nous reviendrons sur l’ensemble des sections parallèles et des prix collatéraux dans les jours qui viennent. Et rendez-vous le 30 août l'an prochain pour fêter les 80 ans de la Mostra Del cinéma.

Le Palmarès de la compétition officielle Festival de Venise 2022

Lion d'or
ALL THE BEAUTY AND THE BLOODSHED
de Laura Poitras

Grand prix du jury
SAINT OMER
de Alice Diop

Prix de la mise en scène
Luca Guadagnino
pour BONES AND ALL

Coupe Volpi de la meilleure actrice
Cate Blanchett
dans TÁR de Todd Field

Coupe Volpi du meilleur acteur
Colin Farrell
dans THE BANSHEES OF INISHERIN de Martin McDonagh

Prix du meilleur scénario
Martin McDonagh
pour THE BANSHEES OF INISHERIN

Prix spécial du jury
KHERS NIST (NO BEARS)
de Jafar Panahi

Prix de la révélation Marcello Mastroianni
Taylor Russell
dans BONES AND ALL de Luca Guadagnino (USA, Italy)

Lion du future pour un premier film
SAINT OMER
de Alice Diop

Palmarès de la section Orizzonti et Orizzonti Extra

Prix Orizzonti du meilleur film
WORLD WAR III
(Jang-e Jahani Sevom)
de Houman Seyedi

Prix Orizzonti du meilleur réalisateur
Tizza Covi et Rainer Frimmel
pour VERA

Prix spécial du jury Orizzonti
BREAD AND SALT
(CHLEB I SÓL)
de Damian Kocur

Prix Orizzonti de la meilleure actrice
Vera Gemma
dans VERA de Tizza Covi et Rainer Frimmel

Prix Orizzonti du meilleur acteur
Mohsen Tanabandeh
dans WORLD WAR III (JANG-E JAHANI SEVOM) de Houman Seyedi

Prix Orizzonti du meilleur scénario
Fernando Guzzoni
pour BLANQUITA de Fernando Guzzoni

Prix Orizzonti du court métrage
SNOW IN SEPTEMBER de Lkhagvadulam Purev-Ochir

Prix du public Orizzonti Extra (premier film)
NEZOUH
de Soudade Kaadan

Palmarès de la section Venice Classics

Prix du meilleur documentaire sur le cinéma
FRAGMENTS OF PARADISE
de KD Davison

Prix de la meilleure restauration
BRANDED TO KILL (Koroshi no Rakuin)
de Suzuki Seijun

Palmarès de la section Venice Immersive

Prix de la meilleure expérience VR
THE MAN WHO COULDN’T LEAVE
de Singing Chen

Grand Prix du jury
FROM THE MAIN SQUARE
de Pedro Harres

Prix spécial du jury
EGGSCAPE
de German Heller

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :