Parce qu'on en a jamais assez !

Channing Tatum

Interprète

Hit-boy du moment, Channing Tatum est actuellement dans tous les bons coups. Après avoir fait ses preuves dans des comédies romantiques en tant que prince charmant, on le retrouve désormais dans des rôles de plus en plus exigeants, notamment pour Steven Soderbergh. Malgré son physique avantageux, il n’hésite pas à jouer dans des comédies où l’autodérision est de rigueur.

Channing Tatum est né le 26 Avril 1980 à Cullman en Alabama, d’une mère hôtesse de l’air et d’un père ouvrier dans le bâtiment. A l’âge de six ans, sa famille et lui déménagent pour aller s’installer sur les bords du Mississippi afin de mener une existence plus rurale. Le petit garçon est alors aux anges, passant son temps à courir dans la nature, à grimper aux arbres ou à construire des cabanes. Il faut dire que Channing n’est pas loin d’être hyperactif, incapable de rester en place, il est toujours à la recherche d’une occupation. Véritable casse-cou, il s’amuse à jouer aux explorateurs avec sa sœur et à s’aventurer dans les différentes étendues de boiserie. Pour combler cette dose d’énergie, ses parents décident de l’inscrire à peu près à tous les sports existants pour qu’il puisse se défouler (basket-ball, athlétisme, baseball, soccer, football américain…). Durant sa jeunesse, il pratique également le kung-fu pour lequel il s’avère très doué, enchaînant rapidement les différentes ceintures. Véritable touche à tout, le jeune garçon s’illustre aussi sur scène en tant que danseur, mais c’est sa passion pour le football qui l’emporte durant ses plus jeunes années. Passionné indiscutable, il rêve de devenir, comme ses idoles, joueur professionnel. Multipliant les efforts pour atteindre son objectif, il délaisse peu à peu les études, éprouvant des difficultés à rester en place durant plusieurs heures. Très prometteur, des recruteurs le remarquent et lui offrent une bourse universitaire pour jouer pour les West Virginia Mountaineers. Mais les études étouffent considérablement le jeune Channing, et du jour au lendemain, il décide de tout quitter, ses études et, par conséquent, ses aspirations sportives.

Débrouillard, il va alors multiplier les petits boulots (plusieurs jobs de vendeur, dans le bâtiment, strip-teaseur…), ce qui lui permet de financer ses cours de danse. Progressivement, il s’éprend pour cette pratique artistique et ses différentes prestations commencent à être remarquées. En plus d’un physique avantageux, Channing s’avère être très habile sur scène, un sens du rythme inné qui lui permet d’enchaîner nombre de figures sur de la musique hip-hop. Enchaînant les castings, il obtient rapidement un rôle pour le prochain clip de Ricky Martin. Fort de cette expérience, le garçon décide de s’installer à Miami où il va y débuter une carrière prospère de mannequin, défilant pour de grandes marques. Son charisme lui permet d’attirer les convoitises de nombreuses agences qui rêvent toutes d’engager l’un des mannequins montants. Pourtant, Channing ne s’épanouit pas véritablement sur les podiums, il est plus rebuté par ce milieu qu’il n’en éprouve du plaisir. C’est ainsi qu’à l’aube d’une carrière très prometteuse, il décide, encore une fois, de changer de voix. Ses amis et son entourage lui conseillent de s’essayer à la profession de comédien. Il débute alors un apprentissage au Dena Levy Acting Studio. Sans véritable surprise, l’éphèbe brille encore, impressionnant ses professeurs par sa prestance innée.

Son premier rôle sera sur le petit écran, mais dans l’une des séries les plus regardées de l’époque, « Les Experts : Miami ». Rapidement, le monde du cinéma s’ouvre à lui et on le retrouve successivement dans l’équipe du « Coach Carter », en champion de cross dans « Supercross » ou furtivement dans « La Guerre des Mondes » de Spielberg. Néanmoins, le grand public ne connaît pas encore cette gueule d’ange et ce sont trois teen-movies qui vont lui permettre de se faire un nom : « She’s the man » d’Andy Fickman et les deux « Sexy Dance » où il peut dévoiler ses talents de danseur. Néanmoins, l’acteur ne souhaite pas s’enfermer dans un type de rôle et cherche dès le début de sa carrière à se diversifier, avec plus ou moins de succès. Il campe ainsi un soldat traumatisé par la guerre en Irak dans « Stop Loss» et obtient des rôles dans « Bataille à Seattle », « Fighting » ou encore « Public Enemies » de Michael Mann. Tout le monde semble tomber amoureux du jeune comédien, les grands metteurs en scène comme les jeunes filles en fleur. Il se voit ainsi propulsé en tête d’affiche d’un gros blockbuster, « G.I.Joe », tandis que son nom suffit pour faire d’une comédie romantique un gros succès au Box-office (« Dear John », « Je te promets »). De tous les bons coups, il est le partenaire de Jonah Hill dans le duo barré qu’il forme pour l’adaptation délurée de « 21 Jump Street ». L’année 2012 marque un nouveau tournant dans sa carrière, avec sa rencontre avec Steven Soderbergh, collaboration qui semble être faite pour durer. Le metteur en scène s’inspire largement de la vie de son comédien pour son métrage « Magic Mike ».

S’il n’était pas prédestiné à une carrière de comédien et s’il est arrivé dans ce milieu de manière presque fortuite, Channing Tatum n’a pas mis longtemps pour se faire un nom. Nouveau roi du Box-Office, il a su allier force physique et une étendue de jeu insoupçonnée à ses débuts pour passer rapidement de « jeune prometteur » à « Hit-boy bankable ». Aujourd’hui, son nom suffit à concrétiser des projets. Polymorphe, il est à l’aise aussi bien dans les blockbusters que dans les drames intimistes, n’hésitant plus à s’entourer de grands réalisateurs pour exploiter son potentiel. Inéluctablement, on n’a pas encore fini de parler de lui.

Le saviez-vous ?

Initialement prévue pour l’été 2012, la suite du blockbuster « G.I.Joe » a été repoussée à Mars 2013. La raison ? Le personnage de Channing Tatum mourrait beaucoup trop tôt dans le film, choix scénaristique qui s’est avéré catastrophique tant le public des projections test aime l’acteur. C’est ainsi que tout le projet a dû être revu afin de donner un rôle bien plus conséquent au nouveau chouchou des américains.

Filmographie sélective

2012 : Magic Mike, de Steven Soderbergh
2012 : Piégée, de Steven Soderbergh
2012 : 21 Jump Street, de Phil Lord et Chris Miller
2012 : Je te promets – The Vow, de Michael Sucsy
2011 : L’Aigle de la neuvième légion, de Kevin Macdonald
2011 : Un flic pour cible, de Dito Montiel
2010 : Cher John, de Lasse Hallström
2009 : Fighting, de Dito Montiel
2009 : G.I. Joe – Le réveil du Cobra, de Stephen Sommers.
2009 : Public Enemis, de Michael Mann
2007 : Bataille à Seatle, de Stuart Townsend
2007 : Sexy Dance 2, de Jon Chu
2007 : Stop Loss, de Kimberly Peirce
2006 : Sexy Dance, d’Anne Fletcher
2006 : She’s the Man, Andy Fickman

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A JOUÉ DANS