LE DILEMME

Un film de Ron Howard

Menteur Menteur

Nick et Ronny, deux potes de fac, ont créé leur propre société. Nick est marié à Généva depuis quelques années. Ronny, célibataire convaincu pour sa part, n’est pas prêt de son coté à franchir le pas, malgré les conseils de Nick. Au début d’un nouveau projet industriel, Ronny découvre la femme de son meilleur ami et collègue au bras d’un autre. Il part alors en investigation pour comprendre. Une question se pose : va-t-il révéler la vérité, qui entraînera de lourdes conséquences...

Depuis le « Grinch » en 2000, Ron Howard n’avait pas renoué avec les comédies (ayant enchaîné des films plus sombres comme « Les disparues », plus politiques comme dans « Frost/Nixon », ou plus sensibles comme « Un homme d’exception »). Ici, il aborde le thème de l’infidélité et de la trahison, en voulant lui apporter une certaine légèreté… et malheureusement, c’est loupé !

Le scénario et les dialogues s’enlisent pour laisser la place à un vaste ennui, le tout emprunt de moralité puritaine « à l’américaine ». Et côté casting, entre Vince Vaughn qui interprète un VRP modèle au bagou sans fin, et son acolyte, Kevin James, le gros mari sympa, trompé par sa femme, seule la présence des personnages féminins égaye désespérément ce film, dont l’atmosphère et l’ambiance sont pesantes.

Au-delà du fait qu’il n’apporte aucune nouveauté sur les sujets de l’infidélité et de la trahison dans le couple, on peut dire que Ron Howard signe un film sans intérêt, qui déçoit son public, et dont la bonne morale voudrait nous démontrer que la franchise et l’honnêteté sont les clés d’une vie heureuse pour tout bon américain qui se respecte.

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire