Parce qu'on en a jamais assez !

YÉTI ET COMPAGNIE

Une fable drôle et intelligente

Migo est un yéti, vivant avec ces congénères au sommet d’une montagne. Isolée par des nuages présents en permanence en contre-bas du village, cette civilisation ignore tout du reste du monde, se référant aux histoires et lois gravées dans des pierres sacrées, qui interdisent notamment d’explorer en-dessous des nuages. Lorsque Migo croise par hasard un homme, toutes les croyances de son peuple sont mises à mal…

Yéti et Compagnie film d'animation animated movie

"Yéti et Compagnie" embarque petits et grands dans une une histoire de rencontre entre petits humains et grands yétis ! Le scénario renverse intelligemment la quête habituelle : ici ce sont quelques yétis qui veulent prouver que des humains – qu’ils appellent des « petits pieds » – existent bel et bien. À un rythme souvent infernal (d’aucuns diraient indigeste et inintelligible pour certaines scènes), le récit enchaîne les gags qui raviront les plus jeunes comme les adultes (pas forcément au même moment ou pour les mêmes raisons), ce qui permet de contenter tout le monde.

Ce long métrage d’animation ne se contente pas de miser sur l’humour pour séduire. La séquence inaugurale présente très rapidement (trop pour les plus jeunes ?) les caractéristiques de cette civilisation de yétis et notamment leurs croyances qui les empêchent de connaître le monde extérieur. Le film questionne les conséquences que peuvent avoir les superstitions sur l’esprit critique individuel mais aussi sur la cohésion d’un groupe. Le scénario parvient à critiquer l’emprise religieuse sans verser dans le manichéisme, plaçant le héros face à un dilemme quand il finit par comprendre tous les aspects de ce qu’on cachait jusqu’ici à son peuple. De même, le personnage humain principal se retrouve face à des choix cornéliens qui lui permettent de remettre à plat son sens de l’éthique.

Ainsi, sous des dehors de comédie familiale dynamique et sympathique (ce qui est déjà pas si mal), se cache un film plus riche qu’on ne pourrait le penser, parvenant à développer des enjeux complexes, tout en rendant l’essentiel accessible aux enfants, entre autres lorsqu’il s’agit de réfléchir à la notion de monstruosité et à la peur de l’autre. Soulignons au passage que l’alternance entre les points de vue yétis et humains est mise en scène de façon brillante et cohérente, le récit ne proposant jamais de situation de communication aisée entre les deux espèces. Malgré quelques défauts çà et là (comme les chansons peu inspirées – en VF en tout cas – ou des personnages féminins trop secondaires et partiellement stéréotypés), ne crachons pas devant un tel équilibre, pas si souvent proposé dans l’animation familiale grand public.

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire