Parce qu'on en a jamais assez !

DOSSIER

Séries télé : les meilleures adaptations de séries télé au cinéma

Alors que sort sur les écrans le deuxième film adapté de la série télé "21 Jump Street" (qui révéla aux yeux du monde entier le jeune Johnny Depp), Abus de Ciné revient sur les séries TV cultes qui ont subi le passage sur grand écran, parfois pour le plus grand plaisir de leurs nombreux fans, parfois pour leur plus grand effroi ! Retrouvez ci-dessous le top 10 des meilleurs films adaptés d’une série de télévision et rendez-vous en cliquant ici au top 10 des pires films ciné tirés du petit écran.

1er // MISSION : IMPOSSIBLE (1996)

Culte. Rien d’étonnant à ce que l’adaptation de Brian de Palma prenne la tête du classement. Parce qu’elle réussit un pari insensé : dévisser le concept de la série télé d’origine au bout d’un quart d’heure pour surprendre son audience, bousculer ses attentes et en redéfinir toutes les règles. Du coup, dès le début du film, pour la première fois, la mission de l’équipe de Jim Phelps tourne au désastre ! Ne reste plus au survolté Tom Cruise qu’à découvrir la « taupe » responsable de cet échec, voyageant de Prague à Paris en passant par le siège américain de la CIA, où se déroulera un braquage quasi kubrickien (une salle où le héros ne doit faire aucun bruit ni toucher le sol). Un morceau d’anthologie parmi tant d’autres dans un rollercoaster d’action pure et de faux-semblants, filmé avec une maestria dingue. Un must, ni plus ni moins.
Guillaume Gas

La série :

Le film :


Mission : Impossible (bande-annonce)

2e // LE FUGITIF (1993)

Une adaptation fidèle d’un des plus grands succès TV des années 60. Réalisé 30 ans après la série originale, "Le Fugitif" d’Andrew Davis retranscrit assez fidèlement la cavale de David Kimble, un innocent accusé à tort du meurtre de sa femme. Sans cesse traqué par un US Marshall zélé, le fugitif tente de retrouver le vrai criminel, un homme manchot, afin de pouvoir être innocenté. Bien plus dynamique que la série qui était elle, plus intimiste (les sentiments du héros étaient retranscris par un narrateur en voix-off), le film a su susciter autant de suspense que son prédécesseur sur petit écran. Certes le film use de quelques raccourcis scénaristiques parfois peu crédibles, mais il a su garder l’essence même du scénario original tout en l’adaptant aux années 90. Un succès renouvelé qui consacrera Tommy Lee Jones d’un Oscar du meilleur acteur dans un second rôle en 1994.
Gaëlle Bouché
La série :

Le film :

3e // MIAMI VICE : DEUX FLICS À MIAMI (2006)

Une pépite noire. Réalisateur-phare du cinéma américain contemporain, spécialiste du polar et des études de caractères ombrageuses et passionnées, Michael Mann n’en était encore qu’à ses débuts lorsqu’il créa, en 1984, la série culte "Deux flics à Miami" ("Miami Vice" en VO), qui racontait les aventures du duo de détectives infiltrés James « Sonny » Crockett (Don Johnson) et Ricardo Tubbs (Philip Michael Thomas). De cette série fortement ancrée, stylistiquement et narrativement, dans son époque, le cinéaste tire 22 ans plus tard un long-métrage qui s’avérera son plus personnel et jusqu’au-boutiste. Thriller noir porté par un duo d’acteurs au sommet de leur art (Colin Farrell, à fleur de peau, et Jamie Foxx, tendu comme jamais) et une mise en scène furieusement expérimentale (dans son utilisation novatrice du filmage en numérique), "Miami Vice" – le film – s’émancipe dès ses premières scènes de la série, pour s’imposer comme l’un des plus surprenants blockbuster jamais produit à Hollywood. Un chef-d’œuvre !
Frédéric Wullschleger

La série :


Deux Flics a Miami


MIAMI VICE DEUX FLICS A MIAMI - Bande-annonce2 VF

4e // Y A-T-IL UN FLIC POUR SAUVER LA REINE ? (1988)

Parodique ! Surfant sur l’incroyable succès du film "Y a-t-il un pilote dans l’avion ?", le trio ZAZ (Zucker, Abrahams and Zucker) réalise, écrit et produit la série "Police Squad" composée d’une unique saison de six épisodes (diffusée aux Etats-Unis en 1982) et qui lance le Lieutenant Franck Drebin de la Police de Los Angeles dans des histoires toutes plus surréalistes les unes que les autres. Parodiant les séries policières américaines, à l’humour souvent décalé et poussif, la série donnera naissance à trois films cinématographiques, à la qualité décroissante mais fidèle à la série : "Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?", "Y a-t-il… le président ?" et "Y a-t-il… Hollywood ?" ("Y a-t-il… l’humanité ?" ne fait pas partie de la série). En France, les Nuls leur rendront hommage à travers "La Cité de la peur" au même humour ravageur. C’est d’ailleurs grâce à eux que seront diffusés en France les deux premiers épisodes de "Police Squad" sur Canal + dans "La Nuit la plus Nuls" en 1989 !
Mathieu Payan

La série :

Le film :

5e // LA FAMILLE ADDAMS (1991)

Un savoureux air de famille. Racée et élégante, la version grand écran des tribulations macabres de la famille Addams a su garder le cynisme délirant de la série originale. Malgré quelques différences mineures - l’oncle Fester (Fétide en version française) n’est plus l’oncle de Morticia mais le frère de Gomez et Mercredi, la petite fille, est beaucoup plus maligne et morbide que l’originale - le film retranscrit à merveille l’esprit totalement décalé de cette famille aimante et joyeuse, obnubilée par la mort. Porté par un casting sur mesure avec la plantureuse Angelica Huston, le regretté Raùl Julià et le truculent Christopher Lloyd (le Doc de "Retour vers le futur"), le film connaît un très beau succès autant critique que publique et fut suivi d’un second opus tout aussi réussi "Les Valeurs de la famille Addams" qui voit l’arrivée d’un troisième enfant : « Puberté ».
G.B.

La série :

Le film :

6e // TWIN PEAKS: FIRE WALK WITH ME (1992)

Lynch by Lynch. D’emblée, il faut préciser que "Fire Walk With Me" est moins l’adaptation d’une série que la préquelle de cette même série. Et pas n’importe laquelle : "Twin Peaks", soit ni plus ni moins qu’un monument absolu du tube cathodique qui, sous l’impulsion d’un David Lynch au summum de son talent, continue encore aujourd’hui d’envoûter et de fasciner son audience. En révélant les derniers jours de Laura Palmer (jouée par une sensationnelle Sheryl Lee), le film de Lynch renoue avec le caractère barré de la série, à savoir une enquête policière zébrée de fulgurances surréalistes, tout en dérivant ouvertement vers un onirisme des plus dérangeants, révélateur symbolique au final d’un terrible secret de famille. Aborder l’inceste n’est pas une mince affaire, mais Lynch l’a réussi en poussant son expérimentation plus loin qu’il ne l’avait fait jusque-là. Il honore en cela le postulat de base de la série "Twin Peaks" : poser un regard décalé et sombre sur un monde bizarre, peuplé d’êtres qui ne le sont pas moins.
G.G.

La série :

Le film :


Twin Peaks : Fire Walk With Me

7e // LES KAÏRA (2012)

Quand la banlieue se moque d'elle-même ! Cette comédie française inattendue est avant tout le portrait de trois personnages attachants, issus de la web-série de Canal Plus, "Kaïra Shopping". Le passage au grand écran est ici parfaitement réussi, grâce à un scénario béton qui ne se prend jamais au sérieux. Le film tire gentiment sur tout ce qui bouge et l’histoire joue avec les codes de la culture de banlieue et tape sans complexe sur ses clichés.

Les portraits des trois anti-héros sont des plus attachants : entre le blanc timide et naïf ; le beur qui veut « défoncer » tout le monde, mais qui passe son temps dans la salle de bain à rejouer devant son miroir les scènes de "Taxi Driver" ou "La Haine" ; et enfin le nain, obsédé sexuel, dont on suggère en permanence la grosseur du sexe. Une bonne adaptation d’un court format en long métrage.
Olivier Bachelard

La série :

Le film :

8e // THE X-FILES, LE FILM (1998)

Annoncé à grand renforts de panneaux publicitaires sur le fronton du Carlton dès le Festival de Cannes 1998, "X-Files: Fight the Future" ne sera finalement qu’un semi-succès lors de sa sortie en salles aux USA l’été suivant. Cette histoire, qui fait avancer un plus la mythologie de la série, notamment concernant la fameuse « huile noire » et la possible colonisation de terre par une puissance extra-terrestre, prend place entre les saisons 5 et 6 de la série, assurant une cohérence certaine. Rythmé, le film dispose de quelques scenes spectaculaire, avec notamment une liberation d’abeilles en plein champs, et le décollage d’un vaisseau spatial enfermé sous les glaces. Un second film sera réalisé en 2008. Intitulé "X-Files : Régéneration", il s’intéressera plus à la vie intime de Scully et à la notion de croyance.
Olivier Bachelard

La série :

Le film :

9e // TRAFFIC (2000)

Ambitieux. Inspiré de la mini-série britannique "Traffik", diffusée pour la première fois en 1989 sur Channel 4, le dixième film de Steven Soderbergh conserve la même philosophie qu’elle : montrer de manière impartiale la question extrêmement complexe des réseaux de trafic de drogues en n’excusant rien ni personne et en ne donnant surtout aucune leçon. La trame de deux des histoires du film se rapproche énormément de la série. Quant à celle du Mexique, elle a évidemment été totalement inventée. Le style Soderbergh est tout de même flagrant à l’écran, ne serait-ce que dans le traitement de l’image qui apporte beaucoup au film. Avec ses ambiances différentes à chaque lieu, le réalisateur assiste le spectateur pour qu’il se situe plus facilement dans la complexité des différentes trames qui composent ce grand film aux performances d’acteurs inoubliables (Benicio Del Toro multi primé pour ce long métrage).
M.P.

La série :

Le film :

10e // THE GREEN HORNET (2011)

Décomplexée. Une adaptation qui en aura mis plus d’un sur le carreau, mais que Michel Gondry aura su relever avec panache, combinant un humour geek à la Judd Apatow avec un sens du burlesque décomplexé que n’aurait pas renié Blake Edwards. Cascades maousses et idées folles s’enchaînent donc à vitesse supersonique, sous la houlette d’un Seth Rogen au poil et d’une Cameron Diaz aussi sexy que tordante. En l’état, c’est juste un régal qui se savoure sans aucun complexe.
G.G.

La série :


Bruce Lee - Le Frelon Vert - Kato fight

Le film :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT