Parce qu'on en a jamais assez !

MIAMI VICE

Un film de Michael Mann

Les vrais Bad Boys

Un informateur et sa famille sont éliminés en même temps que deux agents infiltrés du FBI. Un évènement dû à une fuite qui va obliger Tubs et Crokket à se lancer à la poursuite des criminels dans le but de démasquer une taupe au sein des services de l'ordre. Mais la filière qu'ils vont remonter va les forcer à affronter tour à tour des néo-nazis et les membres de l’un des pires cartels colombiens. Mais comme à chaque fois, les choses vont se compliquer car ils vont être « touchés » dans leur chair…

Le nouveau film de Michael Mann est un petit bijou du film policier. Autant par la qualité de son scénario que par la technique qu’il utilise. Alors qu'il fut le créateur de la série la plus esthétique des années 80 (Deux flics à Miami), Michael Mann revient au cinéma avec celle-ci, mais surtout avec un sujet qu'il a exploré pendant plusieurs années, en marge de son activité cinématographique. Et au lieu de nous servir une simple transposition du concept, il le re-visite complètement, y ajoutant 15 ans d'ambition et d'expérimentation cinématographique. Utilisant sa caméra comme un stylo, il exécute les figures de styles sans pour autant surcharger son sujet. Car contrairement à bon nombre de films de ce genre, la technique sert magnifiquement le propos, en jouant aussi bien sur les couleurs ( ah les crépuscule à Miami!!) que sur le grain de l'image ( vive le numérique) et sur le son.

Et la forme rejoint alors le fond, même si la construction reprend celle d'un épisode classique, sans grosses surprises, mais d’une efficacité réelle. Les personnages sont détaillés, suffisamment « poseurs » et violents pour passer en quelques secondes d'un sourire carnassier à la pire des violences. Et c'est une fois encore dans le casting que le réalisateur réalise une petite performance, car Jamie Fox est tout simplement exceptionnel dans le rôle de Tubbs.

Le film alterne des moments de pure terreur, comme l'excellente scène d’ouverture (entre boîte de nuit et poursuite en voiture) où la tension explose d'entrée, et d'autres plus intimistes, moites, mélancoliques, tous soutenus par la lumière des couchés de soleil de Miami à Cuba ou de puissants orages. Et grâce à quelques raccourcis scénaristiques pas si gênants il enchaîne les scènes d'action, filmées parfois façon documentaire, qui par leur précision technique transportent le spectateur au milieu des combats, sous les coups de feu crépitants.

En fin de compte un magnifique film, un polar simple mais d'une efficacité redoutable, porté par un grand réalisateur, des acteurs transfigurés (parfois malgré eux!) et une ambiance lourde, très lourde. On adore!

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire