Parce qu'on en a jamais assez !

OCEAN'S 13

Classe mais trop lisse

Après s'être fait roulé en affaire par un requin, le plus ancien des gars de la bande (Elliott Gould) tombe dans le coma. Soucieux de le venger, Danny Ocean et ses gars montent alors un coup pour arnaquer le nouveau casino du dit gangster, qu'il a pompeusement dénommé « the bank »...

Steven Soderberg réalise avec « Ocean's 13 » le troisième volet de la série des arnaques signées Danny Ocean et compagnie. Résolument coloré et fun, le film apparaît comme moins complexe que les deux précédents, avec un récit plus linéaire, mais toutjours autant de rythme. On est d'ailleurs frappé dès le début par la qualité de la photo, lors notamment du plan d'arrivée de Brad Pitt à l'aéroport où l'attend l'avion de Danny (George Clooney), et où le ciel paraît d'un bleu presque irréel. Mais globalement, la mise en scène utilise scrupuleusement les mêmes techniques narratives que dans les deux précédents et s'avère donc sans surprise.

Malgré la qualité du casting, la présence d'un humour certain (voir le désopillant show télé de la fin avec Oprah), les trahisons de certains protagonistes, et quelques passages amusants (avec notamment Elliot Goud, ou le critique pour guide touristique, ou encore lors des passages en morphings), on est quelque peu déçus. En effet, malgré son efficacité, le scénario revêt bien peu de rebondissements, quasiment aucun obstacle ne venant contrecarrer le plan des 13 mercenaires. Du coup on observe cette mécanique trop bien huilée, flegmatique, comme George Clooney, et l'on regrette qu'à force d'ajouter des personnages, on n'ai quasiment plus le temps d'en voir réellement aucun.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire