Festival de Venise 2019 banniere

ARTICLES

reflets-cinema-iberique 2007 - Aperçu

22èmes Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-Américains de Villeurbanne

Cette 22ème édition du désormais célèbre festival villeurbannais a mis le pied sur l'accélérateur! 46 longs métrages et 8 courts métrages, une dizaine de rencontres avec réalisateurs et acteurs, 2 salles de projection (le Centre Culturel appuyant le mythique Zola) et une autre salle (au CCVA aussi) dont l'existence a largement contribué à offrir plein d'à-côtés: musique, stands et conférences (Artisans du Monde, Dial…), bar ("La Cantina"), expos … Le festival s'est donc diversifié au point de ne plus se limiter au cinéma (même si celui-ci reste évidemment le cœur essentiel de l'événement).

Cette richesse était également visible dans la programmation qui, malgré la domination habituelle de quelques pays (Espagne, Argentine, Brésil et Mexique comptabilisent à eux quatre 29 films sur 46), fait la part belle à la vastitude du monde hispanophone et lusophone. D'ailleurs, même si le festival reste officiellement attaché à la péninsule ibérique et au continent américain, il s'est imperceptiblement ouvert aux anciennes colonies portugaises d'Afrique (Angola pour Un héros, Mozambique pour Le Rivage des murmures). C'est donc un épanouissant panel culturel que Villeurbanne nous a offert en 2006, nous gratifiant à la fois de ressorties, d'avant-premières et d'inédits.

Seuls petits bémols à cet enthousiasmant tableau, quelques bugs de programmation, d'abord involontaires avec l'annulation de dernière minute du film prometteur How the Garcia girls spent their Summer (copie non reçue à temps car bloquée dans un autre festival!) ou l'absence de sous-titres sur Piratas del Callao, ensuite regrettables quant aux choix discutables des horaires. En effet, le festival a par exemple proposé un film objectivement non grand public un samedi soir (Alma mater) ou encore un film récemment sorti donc déjà vu par plein de spectateurs potentiels (Trois enterrements) le seul soir où le CCVA était fermé (ne proposant donc pas d'alternatives pour ceux qui auraient voulu se faire une toile festivalière ce soir-là!). Mais ce ne sont que des détails et on les pardonnera volontiers en rappelant que c'est la première fois que le festival a dû être géré à une telle échelle! Disons que ce sont surtout des conseils et encouragements pour l'an prochain…Les films critiqués:

LE LABYRINTHE DE PAN
SALVADOR
AZUL
ELSA ET FRED
LA METHODE
PRINCESAS
LE FATALISTE
TRANSE
LA DIGNITE DU PEUPLE (documentaire)
BUENOS AIRES 1977
LES LOIS DE LA FAMILLE
NACIDO Y CRIADO
HAMACA PARAGUAYA
LA MAISON DE SABLE
EN LA CAMA
PLAY
L’OEIL DES ZAPATISTES (courts métrages)
LE VIOLON
MADEINUSA

Informations

http://www.lezola.com

Raphaël Jullien Envoyer un message au rédacteur