Parce qu'on en a jamais assez !

Josh Brolin

Interprète

Acteur exigeant et engagé, Josh Brolin fait partie aujourd’hui des comédiens les plus appréciés et semble être à l’apogée de sa carrière, le bellâtre ténébreux multipliant les prestations remarquées auprès des plus grands réalisateurs. S’investissant, sans se retenir, dans ses différents rôles, il est parvenu à s’imposer comme un acteur sur qu’il faut compter après des débuts prometteurs.

Josh Brolin est né le 12 Février 1968 à Santa Monica en Californie. Il est le fils de l’acteur James Brolin et d’une militante activiste. Très médiatisé, son père va essayer de le protéger en le cachant de la célébrité à laquelle il est exposé. C’est ainsi que le jeune enfant va grandir dans un ranch en Californie, éloigné de tout l’abattage médiatique qui entoure sa famille. Au cœur de la nature, le bambin va s’épanouir, passant son temps à courir, à jouer dans la terre et à apprivoiser les chevaux. Si le ranch constitue un véritable Eldorado pour le petit garçon, le terrain de jeux va perdre de sa saveur durant son adolescence. Au fur et à mesure que Josh Brolin grandit, il vit de plus en plus mal cet éloignement, de devoir vivre reclus, sans grands amis pour le soutenir, il est de plus en plus renfermé sur lui-même. Alors qu’il a tenu pour responsable, durant presque toute son adolescence, des maux dont il souffre, la notoriété et le métier de son père, lui aussi va progressivement s’éprendre pour la tradition artistique de la famille. Il suit ainsi l’option d’art dramatique durant ses années de lycée et, très rapidement, jouer va devenir une seconde nature pour lui, se sentant enfin épanoui lorsqu’il foule les planches du théâtre scolaire. La révélation se fait sur scène, lorsqu’il interprète un rôle dans la pièce « Un tramway nommé Désir », il se persuade qu’il est fait pour ce métier. Encouragé bien évidemment par son père, ce qui permettra de rapprocher les deux hommes, Josh Brolin passe le casting pour le prochain film écrit par Steven Spielberg, « Les Goonies ».

En concurrence face à de nombreux autres garçons, Brolin impressionne et se voit ainsi offrir le rôle du grand frère et leader de la bande du projet réalisé par Richard Donner. Le succès est colossal et pour son premier rôle au cinéma, l’acteur devient quasiment instantanément une star tant le film devient culte. Pour autant, malgré le triomphe de la comédie, il se voit voler la vedette par Johnny Depp pour le rôle principal de la série « 21 Jump Street ». Pas rancunier, les deux acteurs deviendront très bons amis et Brolin apparaîtra dans un épisode de la série. Le jeune comédien va alors enchaîner les rôles dans des téléfilms et séries TV et continuer à se produire sur scène, notamment avec le Théâtre Geva de Rochester où il collabore avec son ami et mentor, Anthony Zerbe. En 1989, il décroche un rôle régulier dans la série sur fond de Western, « L’équipée du Pony Express ». Son rôle de James Butler Hickok lui ouvre à nouveau les portes du grand écran. Si son départ était tonitruant, l’acteur a du mal à confirmer et se voit cantonné à des seconds rôles (« Flirter avec les embrouilles », « Mimic », « Le veilleur de nuit » notamment). En 2000, il se voit offrir la possibilité de donner la réplique à Kevin Bacon dans « L’homme sans ombre » de Paul Verhoeven. Malgré des prestations remarquées et son charme naturel, faute de propositions majeures, l’acteur retourne à la télévision pour jouer dans les séries « Mister Sterling » et « Into the West ».

Néanmoins, Josh Brolin n’oublie pas ses rêves de cinéma. Persévérant et obstiné, il décide de retenter sa chance pour s’imposer définitivement et se voir confier des rôles à la hauteur de son talent. Ainsi, en 2005, il croise pour la première fois la route de Woody Allen pour quelques scènes dans « Melinda et Melinda ». Il accepte, par la suite, l’un des premiers rôles du déjanté « Planète Terreur », film d’horreur au second degré très développé de Robert Rodriguez. Mais la consécration après laquelle il a tant couru, il l’obtient en 2007 avec le thriller « No Country for Old Men » des frères Coen, où il parvient à se hisser au niveau des monuments Tommy Lee Jones et Javier Bardem. Les critiques sur le métrage sont dithyrambiques, tout comme sur la prestation des acteurs. Auréolé de ce succès, Josh Brolin va enfin obtenir des rôles majeurs, pour des metteurs en scène souvent de renom. On le retrouve alors à deux reprises en policier pourri, le sens de la morale aux oubliettes, pour « American Ganster » de Ridley Scott, et « Dans la vallée d’Elah » de Paul Haggis où il retrouve Tommy Lee Jones. En 2008, Oliver Stone lui offre la possibilité d’incarner George W. Bush dans le biopic pamphlétaire « W. – L’improbable président ». Si la surprise était le sentiment premier à cette annonce, elle est remplacée par l’émerveillement tant la ressemblance, aussi bien physique que dans la gestuelle, avec le Président est impressionnante et la prestation de l’acteur époustouflante.

Acteur caméléon, les plus grands réalisateurs vont se battre pour que celui-ci apparaisse dans leurs projets. Son physique imposant et son air ténébreux vont ainsi apparaître dans « Harvey Milk » de Gus Van Sant, « Wall Street : L’argent ne dort jamais » d’Oliver Stone, « Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu » de Woody Allen ou encore « True Grit » où il retrouve les frères Coen qui lui avaient offert l’un de ses plus grand rôles notables. En 2012, son chemin croise à nouveau celui qui apparaît comme son modèle, Tommy Lee Jones, partageant tous les deux le rôle de l’agent K, à des époques différentes, dans le troisième volet de la saga « Men in Black ». Spike Lee le choisit alors pour occuper le rôle principal du remake tant attendu d’Old Boy qu’il souhaitait mettre en scène depuis de nombreuses années. Si ses débuts ont été fulgurants, tout autant qu’a été importante sa traversée du désert par la suite, Josh Brolin est parvenu, aujourd’hui, à devenir un acteur respecté et courtisé pour son talent et sa capacité à incarner des personnages toujours plus complexes. Il est fort à parier qu’on n’a pas encore fini d’entendre parler de lui.

Le saviez-vous ?

Depuis l’âge de 16 ans, Josh Brolin a pour belle-mère la chanteuse et actrice Barbara Streisand, deuxième compagne de son père, l’acteur James Brolin.

Filmographie sélective

2012 : Men in Black III, de Barry Sonnenfeld
2011 : True Grit, de Joel et Ethan Coen
2011 : Jonah Hex, de Jimmy Hayward
2010 : Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, de Woody Allen
2010 : Wall Street : L’argent ne dort jamais, d’Oliver Stone
2009 : Harvey Milk, de Gus Van Sant
2008 : W. – L’improbable Président, d’Oliver Stone
2008 : No Country for Old Men, de Joel et Ethan Coen
2008 : The Dead Girl, de Karen Moncrieff
2007 : American Gangster, de Ridley Scott
2007 : Dans la vallée d’Elah, de Paul Haggis
2007 : Planète Terreur, de Robert Rodriguez
2006 : Bleu d’enfer, de John Stockwell
2005 : Melinda et Melinda, de Woody Allen
2000 : Hollow Man, l’homme sans ombre, de Paul Verhoeven
1999 : Un coup d’enfer, de Mike Barker
1998 : Le veilleur de nuit, d’Ole Bornedal
1997 : Mimic, de Guillermo Del Toro
1985 : Les Goonies, de Richard Donner

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A JOUÉ DANS