Parce qu'on en a jamais assez !

SIERANEVADA

Un film de Cristi Puiu

Un dispositif efficace pour mieux parler du mensonge

Un docteur et sa femme se rendent à un repas de famille commémorant la mort d'un proche. Dans le brouhaha des membres de la famille, les langues se délient, abordant l'actualité comme le passé...

Cristi Puiu (auteur de "Aurora" et "La Mort de Dante Lazrescu") nous propose une nouvelle expérience de la durée avec un film de près de 2h53, durant lequel une famille attend le passage d'un prêtre orthodoxe pour pouvoir enfin commencer le repas. Ouvrant son film sur un long plan séquence montrant le chaos d'une rue de Bucarest, il introduit ensuite un couple de la classe moyenne roumaine, lui, opulent docteur, elle, femme au foyer adoratrice du shopping. Puis il nous plonge avec eux dans les arcanes d'une famille nombreuse, réunie pour la commémoration d'un deuil, usant d'un dispositif simple mais efficace pour nous faire passer d'une pièce à l'autre, d'une discussion politique à un règlement de compte, d'une nostalgie du passé à une modernité pleine de compromis.

Comme dans la scène d'introduction, il dispose simplement une caméra sur pivot dans l'entrée de l'appartement, et donne ainsi à voir une véritable petite fourmilière, filmant les allers et venues des uns et des autres, avant de s'intéresser pièce par pièce aux discours tenus par les différents membres de la famille. Au travers de dialogues fleuves et de scènes de confrontation aux acteurs brillamment dirigés, "Sieranevada" aborde ainsi progressivement de multiples facettes du mensonge, du mirage de la société de consommation à l'opposition entre complotisme et mensonge d'État, en passant par le regret d'une idéologie passée, cernant ainsi le mensonge religieux ou communiste.

Oublié du palmarès du Festival de Cannes 2016, le film possède un ton ironique bien identifiable, et confronte passé et présent, tradition et modernité, avec une réelle cruauté. Aboutissant, non sans quelques longueurs, sur des questions plus intimes, secrets familiaux et souvenirs enterrés refaisant tout à coup surface, "Sieranevada" est une œuvre intelligente qui livre avec acuité le reflet peu flatteur d'une société aux évolutions rapides et aux contradictions véritables.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire