Bagniere comedies_confinement-04

Edward Norton

Interprète

Acteur exigeant et incontournable de la fin des années 90 et du début des années 2000, Edward Norton conserve une aura indéniable, même si ces dernières années, il s’est illustré dans des projets plus mineurs. Passionné et amoureux d’art dramatique, il s’implique grandement dans chacun de ses films, n’hésitant pas à participer à leur production afin que ceux-ci aboutissent.

Edward Harrison Norton est né le 18 Août 1969 à Columbia, Maryland, d’un père avocat et d’une mère professeur d’anglais. Troisième enfant et petit dernier de la famille, c’est dans un cocon familial très protégé que va grandir l’enfant, passant le plus clair de son temps sous les jupons de Maman, son père étant très peu présent, du fait de son travail. Mais très tôt, le bambin va s’éprendre pour le 7ème Art, passant des heures avec son frère à dévorer tous les films qui leur passaient sous les mains. A cinq ans, il fait ainsi sa première apparition sur les planches dans une représentation scolaire. Mais celle qui va lui transmettre le virus théâtral est sa baby-sitter, Betsy True, qui avait elle-même joué à Broadway le rôle de Cosette dans une adaptation des Misérables. Celle-ci l’initie aux grands dramaturges et l’emmène voir de nombreuses pièces, notamment « If I Were a Princess » dès l’âge de 6 ans. Émerveillé par les spectacles auxquels il assiste, il rêve de pouvoir lui aussi, un jour, fouler les planches d’un grand théâtre. C’est pourquoi le jeune garçon, déjà déterminé, harcèle ses parents afin qu’ils l’inscrivent dans des cours de comédie. Ceux-ci, face à l’acharnement de leur fils, cèdent rapidement et c’est ainsi que le petit Edward commence à apprivoiser les codes du théâtre. Passionné et méticuleux, il ne cesse jamais de poser des questions à ses professeurs afin de s’améliorer. Dès cet âge, l’enfant s’interroge sur la psychologie des personnages et ses interrogations les plus fréquentes concernent le pourquoi des agissements des individus qu’il interprète. Ses enseignants sont tous impressionnés par son envie dévorante de comprendre ce qu’il fait, malgré son jeune âge, mais aussi par ses prédispositions. En effet, très tôt, le potentiel d’Edward Norton s’affirme comme étant très important. A l’âge de 12 ans, il participe, pour la première fois, avec son frère, au camp Pasquaney, un stage d’art dramatique, expérience fructueuse puisqu’il y participera à cinq reprises et remportera une coupe du meilleur acteur en 1984 (il y reviendra plus tard afin de diriger le théâtre).

Pour autant, Edward Norton ne délaisse pas ses études et ressort diplômé de la Columbia Wilde Lac High School en 1987. Il s’inscrit ensuite en Histoire à la prestigieuse université de Yale. Durant ces années, s’il brille dans les compétitions d’aviron, c’est principalement sur la scène des représentations théâtrales qu’il s’illustre, aux côtés de futurs acteurs tels que Ron Livingston et Paul Giamatti. Néanmoins, une fois son Bachelor en poche, celui-ci préfère partir au Japon pour travailler dans l’une des entreprises de son grand-père, le promoteur et philanthrope James Rouse. Laissant le théâtre derrière lui, le jeune homme est heureux au Japon où il a l’impression de participer à la création d’un monde meilleur via les aspirations écologiques et environnementales que défend son entreprise. Néanmoins, il n’est pas facile d’oublier sa passion et son envie de remonter sur scène le ronge de l’intérieur. Bien qu’il s’épanouisse au Japon, il décide de retourner à New York pour ne pas regretter de ne pas avoir tenté sa chance. Mais le retour est difficile, les rôles se font rare pour Norton qui n’est pas loin d’abandonner. Obstiné, il l’est encore plus, et son acharnement va finir par porter ses fruits. S’expérimentant dans de nombreuses représentations off-Broadway et n’estimant n’avoir plus rien à perdre, il se présente au culot à une audition pour Edward Albee, l’un des dramaturges les plus célèbres, qui travaillait alors sur une nouvelle pièce avec la Signature Theatre Company. Une audition plus tard, Edward Norton impressionne les casteurs et se voit confier un rôle dans « Fragments ». Son travail est alors époustouflant, acclamé par les critiques et le public, Edward Norton se voit même intégrer le Conseil d’Administration de la Compagnie. Cependant, s’il éprouve toujours autant de plaisir sur les planches, le jeune homme rêve du grand écran, d’obtenir un premier grand rôle au cinéma, et ce dernier ne va pas se faire attendre.

En 1996, repéré par des producteurs, ceux-ci invitent Norton à venir participer au casting pour leur prochain projet, « Peur Primale ». Le jeune comédien se retrouve alors en concurrence avec plus de 2000 candidats pour interpréter un jeune schizophrène bègue. Une fois encore, le talent de l’acteur éclabousse les auditions, créant un fossé entre lui et les autres prétendants. Son interprétation nuancée et touchante lui vaut, pour son premier rôle, une nomination à l’Oscar du Meilleur second rôle. Profitant de son succès, Edward Norton, pour ses prochains long-métrages, est présent au casting de « Larry Flynt » de Milos Forman et de « Tout le monde dit I love you » de Woody Allen. S’il a dû patienter pour se faire un nom au Théâtre, ses débuts sur grand écran sont tonitruants, enchaînant des rôles marquants pour des réalisateurs de prestige. Caméléon et impliqué, l’acteur chétif se transforme en un néo-nazi bodybuildé pour Tony Kaye et son « American History X » en 1998, prestation qui lui vaut sa deuxième nomination aux Oscars, cette fois pour la statuette du Meilleur acteur. La même année, on le retrouve en joueur de poker, aux côtés de Matt Damon et John Malkovich, dans « Les joueurs » et l’année suivante dans l’ode anarchique et alambiquée « Fight Club » de David Fincher. Bénéficiant d’avoir côtoyé des grands metteurs en scène, et essayant d’appliquer les conseils qu’ils ont pu lui prodiguer, il décide dès 2000 de réaliser son premier métrage, une comédie romantique, « Au nom d’Anna », dans laquelle il interprète également l’un des rôles principaux.

Aimant se diversifier, Edward Norton enchaîne les rôles les plus inattendus et différents, notamment dans le biopic sur la peintre Frida Kahlo réalisé par Julie Taymor, dans le thriller « The Score », dans la comédie « Crève, Smoochy, crève ! », dans « Red Dragon » où il doit affronter le terrible Hannibal Lecter. En 2002, il est la tête d’affiche du nouveau film de Spike Lee, « la 25ème heure » qui décrit la dernière nuit de liberté d’un trafiquant de drogues avant qu’il ne purge sa peine. Éclectique, il va se réinventer à chacun de ses rôles, enchaînant grosses productions (« Kingdom of Heaven », « L’Incroyable Hulk ») et métrages plus indépendants (« Down in the Valley », « Stone », « Leaves of Grass » de Tim Blake Nelson ou encore « L’illusionniste » de Neil Burger où il interprète un magicien au début du XXème siècle). En 2012, il s’immerge dans l’imaginaire déjanté du dandy Wes Anderson pour « Moonrise Kingdom » avant d’enchaîner avec le reboot très attendu de la saga d’action, Jason Bourne, témoignant encore d’une carrière qui ne suit aucun schéma préétabli, la passion et l’envie de jouer demeurant ses seuls moteurs. S’il tourne moins qu’à ses débuts, Edward Norton demeure l’un des comédiens américains les plus doués, s’étant illustré dans tous les domaines. Il est fort à parier qu’on le retrouvera encore dans de nombreuses productions toujours plus hétéroclites et bigarrées, afin de confirmer ses qualités de caméléon.

Le saviez-vous ?

En plus de participer à la production de nombreux de ses projets, Edward Norton, sous le nom d’Edward Harrison, a participé au scénario de « L’Incroyable Hulk » de Louis Leterrier afin de développer la psychologie des personnages qu’il estimait comme trop partielle.

Filmographie sélective

2012 : Jason Bourne : l’héritage, de Tony Gilroy
2012 : Moonrise Kingdom, de Wes Anderson
2011 : Stone, de John Curran
2008 : Le prix de la Loyauté, de Gavin O’Connor
2008 : L’Incroyable Hulk, de Louis Leterrier
2007 : Le voile des illusions, de John Curran
2007 : L’Illusionniste, de Neil Burger
2006 : Down in the Valley, de David Jacobson
2005 : Kingdom of Heaven, de Ridley Scott
2003 : Braquage à l’italienne, de F. Gary Gray
2003 : Frida, de Julie Taymor
2003 : La 25e heure, de Spike Lee
2002 : Dragon Rouge, de Brett Ratner
2001 : The Score, de Frank Oz
1999 : Fight Club, de David Fincher
1999 : American History X, de Tony Kaye
1999 : Les joueurs, de John Dahl
1997 : Larry Flynt, de Milos Forman
1997 : Tout le monde dit I love you, de Woody Allen
1996 : Peur primale, de Gregory Hoblit

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A RÉALISÉ
A JOUÉ DANS