Parce qu'on en a jamais assez !

NAISSANCE DES PIEUVRES

Un film de Céline Sciamma

Que d'eau et de moiteur

L'été quand on a 15 ans. Rien à faire si ce n'est regarder le plafond. Elles sont trois : Marie, Anne, Floriane. Dans le secret des vestiaires, leurs destins se croisent et le désir surgit. Si les premières fois sont inoubliables, c'est parce qu'elles n'ont pas de lois…

Pour son premier film, Céline Sciamma s'attaque à l'adolscence, âge de l'apparition des permières pulsions, de la confusion des genres et d'une approche finalement souvent clinique de la sexualité. Avec son trio de jeunes filles, dont l'une s'intéresse d'un peu trop près à la capitaine d'une équipe de natation synchronisée, elle confronte la solidité de chacune, sa supposée place dans la hiérarchie du « beau », avec sa capacité à passer à l'acte, en s'impliquant ou non. Et ses jeunes interprètes, dont on mesure parfois mal les objectifs individuels, sont pour beaucoup dans la réussite du film.

Ce premier film, résolument situé en milieux aquatiques ou humides (piscine, vestiaires, douches...) s'avère relativement troublant de par l'approche des corps qu'il propose, ruissellants et hésitants. De par son ambiance rapidement empoisonnée, il dénote un sens de la mise en scène à la fois sensuelle et inquiétante, dans lequel l'utilisation de la musique n'est pas étranger. Fébriles et fougueuses, ses héroïnes, dépassées par les drames qui se nouent, nous plongent dans un certain émoi, qu'on aurait presqu'oublié, avec l'âge.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire