Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

MA MÈRE EST UN GORILLE (ET ALORS ?)

Un film de Linda Hambäck

Initiation à la différence

Jonna vit depuis plusieurs années dans l’orphelinat, où elle est amie avec Harold. Mais lors d’une visite, le maire se plaint du peu de résultat de la structure dans le placement des enfants dans des familles, tout en envisageant de trouver un autre usage à l’endroit. La directrice réussit alors à faire adopter Jonna par une femelle gorille…

Ma mère est un gorille (et alors ?) film animation animated movie

Si la présence du long métrage dans la compétition officielle du festival d’Annecy pouvait surprendre quelque peu, "Ma mère est un gorille (et alors ?)" revêtant des aspects très enfantins, à la fois dans le choix d’un dessin aux aplats de couleurs vives et aux décors simples, mélangeant traits de pinceau et de feutre digital, et dans la manière d’aborder la complicité entre une fille et sa mère. Pourtant Linda Hambäck (déjà réalisatrice du sympathique "Paddy, la petite souris") a sa manière bien à elle d’initier les plus petits à des thématiques plutôt adultes telles la pression ou les manœuvres politiques, la maltraitance des enfants, l’amour de la lecture ou encore l’acceptation de la différence, sujet central du métrage.

Il faut dire que le personnage de Gorilla, la mère singe, passée vite d’une source d’inquiétude à une naturelle complicité, est capable de rassurer les plus petits. Tourné vers un certain optimisme et une combativité à toute épreuve, le scénario mêle apprentissage et malice (voire les méthodes de vente adoptées pour la brocante qu’organise la mère et la fille...), et affiche en définitive une belle morale sur la chance que représentent certaines rencontres et l'importance de faire de « belles choses » dans sa vie. Un film à la fois pédagogique et divertissant.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire