Parce qu'on en a jamais assez !

L'EXTRAVAGANT VOYAGE DU JEUNE ET PRODIGIEUX T.S. SPIVET

Les vraies choses importantes

Le jeune T.S., 10 ans, vit au fin fond du Montana, au sein de la famille Spivet, entre un père et une mère radicalement différents, une sœur adolescente qui ne le comprend pas, et le fantôme de son frère jumeaux, qu'il continue d'entrevoir. Il se sent un peu étranger au monde qui l'entoure, s'adonnant malgré son jeune âge, à diverses observations scientifiques, et dessinant tout un tas d'inventions. Un beau jour, il reçoit un coup de fil du Smithsonian Museum de Washington, qui lui annonce qu'il a remporté un prix. Il tente alors de se faire passer pour son père, et décline dans un premier temps l'invitation qui lui est faite de donner un discours lors de la remise de la récompense...

À l'image du réalisateur du film, Jean-Pierre Jeunet, T.S. est un garçon hyperactif, inventif, observant le monde avec un œil de gamin, débrouillard et touche à tout. On retrouve donc un peu du fabuleux créateur du "Fabuleux destin d'Amélie Poulain" et de "La Cité des enfants perdus" dans cette adaptation d'un roman de Reif Larsen, à la fois dans le caractère de ce personnage de génie en herbe plutôt bricoleur et dans la mise en scène, toujours capable de nous faire voyager, entre réalité d'un monde parfois cruel et puissance de l'imaginaire.

Voici donc que Jeunet nous entraîne dans le sillon de ce jeune garçon, tout au long d'une traversée Ouest-Est de l'Amérique, jusqu'au fameux musée où personne ne s'attend à rencontrer un homme si jeune. Récit partiellement initiatique, cet "Extravaguant voyage..." permettra moult rencontres de personnages comme Jeunet les aiment, marginaux lunaires ou poétiques, êtres humains aux tics aussi amusants que touchants (le chauffeur de camion qui prend en photo ses passagers à leur montée et leur descente de la cabine, pour mieux en saisir le changement...).

Même si le récit, qui s'adresse principalement aux enfants, peut paraître un peu simplifié, il n'en reste pas moins que la perception du monde qui nous est livrée ici, à la fois positive et ouverte à la rencontre, se rapproche intelligemment de celle de l'enfant, entre interrogations naïves (T.S. ne comprend pas comment ses parents, aussi différents l'un de l'autre, ont pu s'aimer...) et certitudes qui passent par moment pour de la prétention.

Au contact des autres le personnage de T.S. s'illumine, tout comme le spectateur curieux s'émerveille face au monde de Jeunet, lumineux, et ici servi par une photo et une 3D magnifiques, tandis que le récit nous délivre au final un message doux-amer, recentrant cruellement l'importance des choses, de la reconnaissance ou la gloire, vers les blessures de l'âme et la disparition d'un frère, lui aussi très différent.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire