banniere-reflets-2019-2

EN LIBERTÉ !

Un film de Pierre Salvadori

Une comédie hilarante, teintée d'une vraie tendresse

Une policière découvre que son défunt mari, policier héroïque, à qui toute la ville rend hommage, n’était en fait qu’un ripou. Dépitée, elle décide de protéger un jeune homme que ce dernier a fait mettre en prison à tort, et qui vient tout juste d’être libéré...

« Il était fort papa ». C’est par ces mots admiratifs d’un enfant ayant grandi avec l’image héroïque de son père, disparu et honoré par toute la ville, que Salvadori introduit tout le poids qui pèse sur les épaules d’Yvonne, policière devenue veuve, dont le conjoint Santi est adulé par ses pairs et par la population, sa statue trônant fièrement, en position de tir, sur une place de la ville. Usée, elle doit continuer à vivre et à raconter à son gamin, la bravoure du père, au travers d’histoires dont ce dernier ne se lasse pas.

La première bonne idée de Pierre Salvadori ("Cible émouvante", "Les apprentis", "Après vous") est d’introduire une représentation imagée de ces histoires, morceaux de bravoures à l’exagération patente, visant d’abord à glorifier la figure paternelle, avant de la dénigrer une fois les magouilles de ce dernier découvertes. S'amusant ainsi à parodier les séries télé policières, alignant situations fantasmées, dont l’exagération semble sans limite (encastré dans un mur, Vincent Elbaz parvient encore à latter ses ennemis de part et d’autre de la paroi, à coups de poings... ou de pieds !) et détournements vengeurs.

C'est ainsi en jouant sur la récurrence de plusieurs éléments (l’histoire racontée au gamin qui devient de moins en moins flatteuse, les apparitions incongrues du personnage paumé baladant des sacs, les usages divers d’ustensiles sado-maso...) que Pierre Salvadori réussit à créer une comédie à la fois enlevée et hilarante, ceci malgré la noirceur de son point de départ. Il propose également une galerie de personnages secondaires croustillants, des participants à la soirée SM dans leur dénie d’implication, à l'homme tentant de se dénoncer et que personne n'écoute...

Mettant en scène une Adèle Haenel en pleine forme, au personnage bafoué et généreux, à la recherche d’un nouvel équilibre, "En liberté" se focalise sur les tentatives de celle-ci pour aider un jeune homme accusé à tort de vol (Pio Marmaï, touchant) lors de sa sortie de prison. Sur la thématique du mythe du héros, joyeusement dynamitée, le film affiche une réelle tendresse pour ses personnages, apportant à la fois une vision romantique des retrouvailles amoureuses et une approche complice du sentiment de culpabilité. Un bijou d’écriture qui convoque autant l’émotion que de vrais fous-rires, au sein d’une intrigue rondement menée, et qui ne manque pas de rebondissements. A ne manquer sous aucun prétexte.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire