Banniere_Festival_Lumiere_2020

BLUE

Un film de
Avec

De superbes images pour un scénario attendu

Dans la déjà riche collection Disneynature ("Félins", "Les ailes pourpres"), "Blue" permet de retrouver, après le décevant "Nés en Chine", un principe narratif plus centré sur un seul animal. Narrée par Cécile de France, l’histoire de ce jeune dauphin, basée sur une structure attendue, relevant du cycle de la vie ou plus ici du passage à l’âge adulte, s’avère cependant d’une scénarisation dont les adultes verront forcément les ficelles. Mais la voix de l’actrice souligne parfois plus l’action qu’elle ne permet d’en savoir plus sur le fonctionnement du récif corallien ou des plages croisées.

Doté cependant de magnifiques images sous-marines, d’une limpidité confondante jusque dans les transitions de surface, le film propose cependant un voyage merveilleusement dépaysant, mettant sur le chemin du dauphin de multiples autres espèces, plus ou moins connues (baleines à bosse, tortues géantes, poissons perroquets, orques...). Captivant par moment (la technique de chasse, les yeux étranges de la squille multicolore, l’hypnose par les jeux de lumière de la seiche...), impressionnant à d’autres (l’affrontement entre les orques et les baleines…), le film apparaît par moment trop bavard, au détriment d’une contemplation essentielle. Luc Besson l’avait bien compris avec son odyssée musicale "Atlantis", Disneynature s’éloignant malheureusement de plus du poétique pour aller vers l’explicatif.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire