Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

ARTICLES

Cannes 2021

Cannes 2021 – Sélection Films en compétition partie 4

Quatrième partie de nos articles dédiés aux films de la compétition cannoise 2021, tentant de vous offrir un premier regard sur les plus grandes attentes, les risques liés à l’exposition des films, pour mieux vivre les surprises d’un Festival qui s’annonce mémorable. Aperçus rapides de « Memoria », « Nitram », « Les Olympiades », « La Fièvre de Petrov » et « Red Rocket ».

Festival de Cannes 2021 sélection compétition partie 4
© "La Fièvre de Petrov" - Hype Film

"Memoria", premier film au casting international d’Apichatpong Weerasethakul

MEMORIA
de Apichatpong Weerasethakul
avec Tilda Swinton, Jeanne Balibar, Elkin Díaz, Daniel Giménez Cacho, Juan Pablo Urrego...

Pourquoi a-t-on envie de voir "Memoria" ?

1. Parce que chaque nouveau film d’Apichatpong Weerasethakul est une expérience sensorielle et un voyage plein d’esprits et de mystère
2. Car le synopsis sur un « grand bang » à Bogota, ne donne sans doute aucune idée de ce que sera ce long métrage
3. Pour cet auteur thaïlandais à part auquel on doit une palme d’or, "Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures)", un voyage avec des soldats endormis ("Cemetery of Splendour"), et le sublime "Syndromes and a Century"

Le risque pour le film :
Être à nouveau trop abstrait pour une partie du public cannois pour emporter l’adhésion

Le niveau d’attente : Très élevé

"Nitram", descente aux enfers annoncée, par Justin Kurzel

NITRAM
de Justin Kurzel
avec Caleb Landry Jones, Essie Davis, Anthony LaPaglia, Judy Davis, Sean Keenan, Annabel Marshall-Roth...

Pourquoi a-t-on envie de voir "Nitram" ?

1. Parce que Justin Kurzel est déjà venu à Cannes avec "Les Crimes de Snowtown" à la Semaine de la critique, puis en compétition avec "Macbeth" interprété par Michael Fassbender
2. Car ce portrait d’un homme en couple avec une héritière promet une descente aux enfers particulièrement explosive
3. Pour Caleb Landry Jones ("Antiviral", "The Dead Don't Die"...) a le don pour composer des personnages qui mettent mal à l'aise

Le risque pour le film :
Privilégier l’esthétique à la complexité du scénario, comme ce fut le cas pour "Macbeth"

Le niveau d’attente : Elevé

Voir la bande annonce du film "Nitram" :

Une nouvelle palme pour Jacques Audiard et "Les Olympiades" ?

LES OLYMPIADES
de Jacques Audiard
avec Lucie Zhang, Makita Samba, Noémie Merlant, Jehnny Beth, Annabelle Milot, Lily Rubens, Pol White, Feichan Zeng...

Pourquoi a-t-on envie de voir "Les Olympiades" ?

1. Parce qu’un film de Jacques Audiard à Cannes tient toujours ses promesses de tensions et de surprises, que ce soit avec "Un Héros très discret", "De battre mon cœur s'est arrêté", "Un Prophète", ou "Deephan"
2. Car l’action, filmée en noir et blanc, se situe dans le 13e arrondissement de Paris, le quartier donnant son nom au film, et aborde les questions de liberté sexuelle à notre époque
3. Par curiosité pour l’adaptation de 3 nouvelles graphiques d’Adrian Tomine (« Amber Sweet », « Killing and dying » et « Hawaiian getaway »).

Le risque pour le film :
Provoquer trop d’attente par rapport à son sujet d’une jeunesse amoureuse, comme pour les derniers films de Kechiche

Le niveau d’attente : Elevé

"La Fièvre de Petrov" balade alcoolisée signée Kirill Serebrennikov

LA FIÈVRE DE PETROV
(Petrov'Flu)
de Kirill Serebrennikov
avec Semyon Serzin, Chulpan Khamatova, Yuriy Borisov, Yuri Kolokolnikov, Yuliya Peresild, Aleksandra Revenko...

Pourquoi a-t-on envie de voir "La Fièvre de Petrov" ?

1. Parce que le réalisateur russe avait enchanté les festivaliers avec son film rock en noir et blanc "Leto" en 2018
2. Car le synopsis promet un mélange de réalité et de fiction, dû à l’usage de l’alcool à l’excès, et une bonne dose de nostalgie
3. Du fait que les premières photos sont tout juste sublimes, traduisant d’un véritable univers graphique et d’une direction artistique éblouissante

Le risque pour le film :
Lorgner un peu trop côté trips vers un rythme trépidant et usant à la "Las Vegas Parano", l’âme slave en plus

Le niveau d’attente : Très Elevé

Le prometteur Sean Baker lance sa "Red Rocket"

RED ROCKET
de Sean Baker
avec Simon Rex, Suzanna Son, Bree Elrod...

Pourquoi a-t-on envie de voir "Red Rocket" ?

1. Pour Sean Baker, réalisateur auquel on doit deux monuments : "Tangerine" et "The Florida Project" passé par la Quinzaine des réalisateurs
2. A cause de son sujet sulfureux : le portrait d’un ex-pornstar obligé de revenir habiter chez son ex-femme et sa belle-mère
3. Parce qu’on se demande bien ce que Simon Rex, acteur de la saga "Scary Movie" va donner dans le rôle principal

Le risque pour le film :
Ne pas retrouver ici la tonalité d’une fable aux élans sociaux qui a fait la patte de ce cinéaste à part

Le niveau d’attente : Extrêmement élevé

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur