Banniere_Festival_Lumiere_2020

WINDTALKERS

Un film de John Woo

Un film sentencieux et formaté

Un soldat américain a vu tous ses hommes mourir lors d’une embuscade sur une île japonaise. Le tympan percé, il a perdu le sens de l’équilibre, et doit se faire aider d’une belle infirmière pour passer les tests d’audition et retourner au combat. On lui confie alors la mission d’escorter un Navajo, dont la langue sert de base à un code pour l’armée U.S.. Mais, son devoir est de protéger le code, pas forcément l’indien…

Le nouveau film de John Woo ('Volte Face') se voudrait un portrait humaniste d'un marine's américain, passant du devoir à la raison, de la méfiance à l'amitié. Si les scènes concernant l'aspect raciste de l'homme sont parfois réussies (les réparties du jeune Navajo sont quelques fois mordantes), d'autres sont franchement navrantes (le concerto pour flute 'indienne' et harmonica 'yankee', les sauvetages mutuels…) tant elles sont faciles et versent dans le cliché.

Restent quelques scènes de bombardement terrestre ou aéroporté, efficaces, voire impressionnantes, et moult chair déchiquetée, certes très réalistes mais dont l'acumulation force la question : pourquoi cet étalage ? John Woo a-t-il eu toute latitude sur ce film ? Espèrons que non, et que son style percutant reviendra au plus vite.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire