Parce qu'on en a jamais assez !

LE VOYAGE EN BALLON

Avec

Un recueil plein de poésie

Un programme de quatre courts-métrages dont les héros sont des animaux, de ceux que l'on trouve au bord d'un étang, à une équipe de fourmis intelligentes, en passant par un escargot en pleine balade nocturne et une fourmi solitaire égarée dans une prairie...

Ce recueil de quatre courts métrages d'animation atteignant au total 36 minutes, commencent par trois courts sans dialogues en guise de mise en appétit pour le film titre, pourvu d'une voix-off. C'est le picturalement très beau film français "Novembre" qui ouvre la marche avec un aperçu d'un jour de pluie au bord d'un étang. Suivant différentes créatures dans leur comportement face aux éléments (une grenouille qui dort, des escargots, un belette réfugiée dans sa tanière, un hérisson sous un tronc, des chenilles sous des feuilles...), le film dispose d'un humour tout délicat. Alliant masses de couleurs plutôt éteintes et jeux d'ombres plus que de traits, il prend une tournure poétique particulière lorsque l'interaction se fait entre l'eau de l'étang et certaines créatures.

"Bach", le second court-métrage proposé, est mis en scène par un réalisateur du Kazakhstan. D'aspect très sensoriel, il use des bruits ambiants et de jeux d'échelles pour signifier la petite de son héros : un escargot à la lourde coquille, qui se déplace en faisant grincer celle-ci dans un mouvement à retardement. D'une masse noire imposante qui représente la menaçante chaussure d'un homme qui marche aux lucioles qui virevoltes, il vaut surtout pour une très belle vision d'une nuit en plein air. Suit "Muraveyka", dessin animé russe, dont l'héroïne est une fourmi aventureuse. Avec des contours irréguliers et des motifs d'aquarelle, le film nous donne à voir une prairie pleine d'insectes et autres animaux. L'animation est parfaitement calée sur la musique jouée par un orchestre, évoquant avec élégance les saisons qui passent et l'humeur contemplative de son personnage principal.

D'aventures et de science il est enfin question avec le suédois "Le Voyage en ballon", accompagné par une voix-off narrant le périple de trois fournis ingénieures inventeuses du ballon fonctionnant aux gaz des marais. Entre goût de l'expérience et de l'exploration le récit s'adresse aux plus petits, alors que le film, certainement le moins charmant graphiquement du recueil, joue de son aspect artisanal mêlant gros coups de peinture et crayons à des éléments amovibles (les personnages, les collines, l'herbe...).

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire