Parce qu'on en a jamais assez !

TRISTAN ET YSEULT

Le retour du Kevin des bois

Enfant, Tristan a perdu ses parents, et été recueilli par un noble (Rufus Sewell). Adulte, il passe pour avoir péri d'une lame empoisonnée lors d'une bataille contre les irlandais. Déposé sur un bateau lors de ses funérailles, il échoue sur les côtes d'Irlandais, où il est caché et soigné par la princesse Iseult, dont il tombe amoureux, sans connaître sa lignée…

Voilà bien longtemps qu'on n'avait pas eu de nouvelles de Kevin Reynolds, fervant compagnon de Kevin Costner dans ses années de gloire, où il réalisa notamment Robin des bois, prince des voleurs, puis Waterworld. Il est aujourd'hui de retour avec une nouvelle épopée historique. Avec le mythe de Tristan et Iseult, il s'attaque à un monument, auquel il réussit à donner un certain souffle, malgré des moyens considérablement diminués. On croit à son monde fait de tribus de petite taille, où châteaux et murailles auraient pu paraître aussi ridicule que les armées soulevées.

Les rivalités entre seigneurs ne sont pas nouvelles, et l'adultère non coupable, non plus. On pense forcément à Lancelot et Guenièvre, ou à des récits comme le 13 ème guerrier. Du coup, malgré des interprètes parfaitement impliqués et bien castés, on a tout de même une sensation de déjà-vu. Et ce ne sont pas les paysages léchés, les décors massifs ou les costumes élégants qui distingueront le film d'un Braveheart. D'autant que la bataille finale, au dénouement improbable, déçoit par sa faible ampleur. Mais Reynolds a gardé un sens du rythme et du spectacle, et on espère qu'il aura encore l'occasion de faire preuve d'imagination.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire