Parce qu'on en a jamais assez !

TREIZE VIES

Un film de Ron Howard

Un drame à la sobriété bienvenue

Le 23 juin 2018, 12 adolescents, joueurs d’une équipe de football thaïlandaise, et leur entraîneur, allaient célébrer leur victoire dans une grotte locale. Mais des pluies diluviennes liées à la mousson provoquèrent la submersion d’une partie de celle-ci. Plus de 5000 personnes se sont alors progressivement impliquées, de manière directe ou indirecte, dans leur sauvetage. Parmi eux, deux britanniques, John Volanthen et Richard Stanton, plongeurs spécialisés dans les milieux sous-terrains étroits…

Treize vies film movie

Sortie le 05 août 2022 sur Amazon Prime Video

Ron Howard, révélé en tant que réalisateur en 1984 avec la comédie fantastique "Splash", a depuis réalisé des films d'aventures épiques ("Willow", "Au coeur de l'Océan") et retracé des moments historiques importants, en alliant intelligemment action et développement de personnages connus ("Apollo 13", "Rush", "Frost / Nixon, l'heure de vérité"). Également réalisateur, à l'occasion, de biopics plus académiques ("Un Homme d'exception", "De l'ombre à la lumière"), il s'est aussi intéressé à des métiers qui fascinent par leur prestige et leur caractère dangereux. C'était le cas avec celui de pompier dans "Backdraft" au début des années 90, qui par ses prouesses techniques avait alors marqué les spectateurs, projetés au milieu d'incendies impressionnants. C'est le cas aujourd'hui également avec celui de plongeurs sauveteurs, ici spécialisés dans les milieux sous-terrains, alliant ainsi une part de spéléologie à leur dangereuse activité.

Prenant le temps de décortiquer tous les aspects techniques de ce fait divers dont l'enjeu était de sauver 13 jeunes hommes prisonniers d'une grotte inondée et retranchés dans une salle à plus de 2,5 km de l'entrée, le metteur en scène évite soigneusement les effets dramatiques, pour se concentrer durant près de 2h30 sur le complexe travail des sauveteurs. Présentant rapidement la géographie de la grotte en suivant les jeunes gens dans leur parcours exalté suite à leur victoire, il alterne ensuite les scènes de plongée, dans un milieu où la visibilité s'avère variable, et les passages montrant l'implication de la population à l'extérieur (parents désarmés, techniciens, soldats et médecins sur le pied de guerre, paysans agissant pour la déviation des eaux...).

Évitant toute intrigue superflue autour des sauveteurs occidentaux impliqués, il relate avant tout les faits, ménageant quelques poches de suspense bienvenues (risques d'éboulements liés aux infiltrations, arrivée de nouvelles pluies...), évitant de trop jouer sur les aspects claustrophobiques des lieux ou de dramatiser à outrance le devenir de certains personnages, ceci afin de nous amener vers l'incroyable solution à l'impasse dans laquelle se trouvent les 13 vies en jeux. On regrettera juste que la représentation en plan de la position des secours dans la grotte, qui s'affiche parfois en surimpression ne donne que peu d'idée de l'étroitesse de certains passages, de la présence de salles plus grandes, ou des variations de profondeurs, privilégiant uniquement la distance par rapport à l'entrée (représentant tout de même près de 5h de plongée, chose impossible pour un nageur non chevronné).

Heureusement, toujours dans cet esprit de sobriété, il évoque avec parcimonie la croyance en la princesse endormie, dont la statue orne l'entrée de la grotte, et use à minima de la musique, quelques notes de piano venant couvrir le tumulte extérieur autour d'un premier évacué, et une légère musique au violon ou violoncelle soulignant l'après en toute fin de métrage, alors que s'affichent les chiffres impensables de cette affaire. Une preuve que l'humanité et la solidarité existe, relatée avec minutie par un metteur en scène appliqué à défaut d'être réellement inspiré et des interprètes (Colin Farrell, Viggo Mortensen et Joel Edgerton) fort justes, tous voués à la démonstration de la complexité de la situation.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire