Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

THIRTEEN

Thriteen rate son vrai sujet : les parents désemparés

Tracy (Evan Rachel Wood), petite fille modèle, commence, à treize ans, à s’affirmer en adolescente rebelle. Influencée par l’un des filles les plus en vogue au lycée, Evie (Nikki Reed), elle ne s’intéresse qu’aux apparences et au sexe. Sa mère (Holly Hunter) tente encore de communiquer avec elle, mais en vain…

Thirteen est-il réellement un film sur les adolescentes ? Dès les premières images, on serait tenté d'affirmer que oui, la peinture de la métamorphose d'une jeune et immobile chrysalide, en un beau paillon noir, virevoltant et incontrôlable étant au cœur du récit. Puis on se dit que les relations de cette fille en crise de rébellion avec sa mère sont bien plus intéressantes que les affres et débordements de la donzelle en question. Car d'autres metteurs en scènes, tels Larry Clark (Kids, Bully) ont bien mieux donné une vision de l'éclatement de la personnalité chez les adolescents américains.

Malheureusement, la réalisatrice ne va pas au bout de son sujet. Hésitant entre les portraits de la fille et celui de la mère, elle ne laisse qu'entrevoir la perdition et l'irresponsabilité d'un parent-enfant, qui se positionne en copain et non en autorité raisonnable. Les agissements du personnage d'Holly Hunter auraient mérité d'être regardés à la loupe, et ce n'est le cas qu'occasionnellement ici. La prestation parfois déchirante de l'interprète de La Leçon de piano est une nouvelle fois épatante. Dommage qu'elle n'ai qu'un second rôle.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire