Parce qu'on en a jamais assez !

TAU

Aussitôt dit, aussi Tau fait !

Julia est kidnappée par Alex, un savant fou qui se sert d’elle comme cobaye pour améliorer l’intelligence artificielle qu’il conçoit. Pour se sauver, elle va devoir ruser…

TAU film image

Le début est poussif, voire complètement raté. On flirte avec le film de série B dont la créativité insuffisante ne permettrait pas de compenser le faible budget. Puis un huis clos s’installe et le scénario trouve son rythme de croisière, développant une ambiance futuriste et partiellement claustrophobique, qui fait légèrement penser à "Ex Machina". L’univers bénéficie notamment des magnifiques décors de Miljen Kreka Kljakovic (qui a notamment travaillé sur "Delicatessen" et sur plusieurs films d’Emir Kusturica) et de la prestation vocale de Gary Oldman dans le rôle de Tau, l’intelligence artificielle.

La plus grande réussite tient justement dans le personnage virtuel de Tau, et on se surprend à s’attacher à lui, un peu comme on avait pu le faire avec la voix de Scarlett Johansson dans "Her". Il devient d’ailleurs bien plus « humain » que le méchant caricatural dont l’absence d’empathie, le sadisme et la froideur font penser au fade Christian Grey de la trilogie "Cinquante nuances de Grey" ! Au final, c’est plutôt divertissant et parfois prenant, mais trop approximatif pour susciter un enthousiasme total.

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire