Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

REC 2

Sang pour sang espagnol

Alors que l'immeuble infecté fait l'objet d'une quarantaine, et qu'une équipe de policiers commandos est envoyée à l'intérieur, un groupe de jeunes curieux s'introduit également dans l'immeuble, par les égouts...

Jaume Baloguero revient avec la suite de son film d'horreur "Rec", gros succès en Espagne comme à travers le monde, et dont le remake américain, "En quarantaine", est finalement sorti directement en vidéo en France. Débutant là où le précédent s'était terminé (une présentatrice télé se fait trainer dans la pénombre par une immonde créature en hurlant à pleins poumons), "REC 2" rembraye avec une troupe de militaires réglant leurs caméras avant d'entrer dans l'immeuble infecté. La suite, vous pouvez la deviner, en pariant sur celui ou ceux qui en sortiront vivants.

Efficace dans la forme, avec une qualité de vidéo largement améliorée depuis le premier opus, le film pèche un peu côté scénario dans un premier temps, avec des explications religieuses plutôt vaseuses et pas très utiles, déjà esquissées à la fin du premier volet. Mais il faut avouer qu'il s'améliore progressivement en incluant au final trois "groupes" différents d'innocents dans le récit.

C'est d'ailleurs dans ce principe que la mise en scène puise toute sa dynamique, multipliant les points de vue autant que les supports, à chaque nouvel entrant, d'autant que le réalisateur se permet de savants retours en arrière, qui éclairent certaines traces aperçues précédemment (une coulée de sang...) ou la découverte de nouveaux ennemis pas toujours du côté attendu. On sursaute un peu, Balaguero excellant dans l'usage du hors-champ, on frisonne face à quelques scène politiquement incorrectes où explosent notamment des têtes d'enfants, mais on n'est tout de même plus très surpris.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire