Parce qu'on en a jamais assez !

METEORA

CONTRE : Niveau -2 - La tentation d’un amour frigide

Dans la région des Météores, en Grèce, vivaient deux religieux, un homme et une femme, séparés par le vide entre leurs deux monastères et par les interdits...

Le film commence par la narration d'un conte, réalisé en animation - sorte d’enluminures en mouvement - qui nous plonge dans une fable spirituelle et mystique autour de la naissance d'un amour impossible entre deux religieux. Ensuite, le réalisateur plante son décor : un paysage splendide, composé de deux montagnes qui se font face, symbole de l’impossibilité pour les deux personnages à se côtoyer. Malheureusement, on regrette déjà son choix d’une caméra DV, qui ne retranscrit pas du tout la beauté des paysages.

Côté scénario, le flirt platonique des deux religieux est peu convaincant. L’idylle met une éternité à se mettre en place. Leur passion semble inexistante. La narration est lente, rythmée par les rites de la vie monacale, son silence et son recueillement. Le tout est ponctué de scènes de dogme religieux, que les brefs passages poétiques apportés par les animations n’arrivent pas à sauver. Et petit à petit, le spectateur sombre dans l’ennui le plus profond.

Le réalisateur arrive toutefois à garder celui-ci attentif grâce aux animations qui dynamisent, structurent et redonnent de l’intérêt à l’histoire. Ces différents passages offrent un aspect visuel et graphique intéressant, tout en apportant une note d’originalité, qui compense la médiocre performance des acteurs. Spiros Stathoulopoulos signe donc ici un film d’auteur très spirituel et contemplatif, où la passion semble malheureusement avoir été oubliée, que ce soit celle de la chair ou celle de la spiritualité.

Olivier BeorchiaEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire