Parce qu'on en a jamais assez !

KÖNIG DES COMICS

Un panorama relativement banal, pour un auteur pourtant hors du commun

Le dessinateur de bandes dessinées allemand Ralph König fête ses 30 ans de carrière par une lecture de ses œuvres, imitant les voix de tous ses personnages. Il accepte aussi de rencontrer et dialoguer avec l'un de ses plus grands fans...

Documentaire sur « le roi des comics » (traduction littérale de « König des comics »), ce film produit par Arte nous propose une plongée dans l'univers particulier du dessinateur de bandes dessinées allemand Ralph König. Sa particularité : dessiner en quelques traits des personnages aux rondeurs ou attitudes évocatrices, pour mieux aborder de manière générale le milieu homosexuel ainsi que les attitudes d'hommes et de femmes qui se posent beaucoup (trop ?) de questions sur le couple, le quotidien à deux, la paternité, la religion, le racisme...

Comme l’œuvre de l'auteur est assez passionnante en soi, elle a déjà été adaptée au cinéma avec le controversé méga succès outre-Rhin des « Nouveaux mecs » (ayant révélé Til Schweiger) ou le cradingue « Killer condom » (« La capote qui tue », flippant et résolument Z). Mais, la véritable réussite artistique ne fut pas au rendez-vous, les aspects les plus subversifs (et les plus profonds et véridiques) ayant été soigneusement gommés pour plaire au plus grand nombre. Cependant, au fil du film, les fans seront heureux d'apprendre que certains de ses albums devraient faire l'objet de nouvelles adaptations cinématographiques, en live avec « Le Divan de la psychologue », ou sous forme de dessin animé avec son irrespectueux triptyque sur la Bible.

L'homme, un temps cantonné à un public d'homos urbains, ne renonce donc pas à élargir son public. Mais, comme le montre ce documentaire, la BD s'avère bien difficile à retranscrire à l'écran, surtout quand l'essentiel est basé sur les traits irréalistes des personnages et la crudité (et la cruauté) des dialogues. L'option choisie n'est pas, contrairement au « Tatsumi » d'Eric Khoo, de transformer certaines histoires en séquences animées, mais de nous donner à voir de nombreux passages issus d'une lecture publique, avec projection des cases de la BD sur écran.

Heureusement, ces scènes éparses, qui ne donnent qu'une vague idée de l'aspect critique de ses créations, sont doublées par un entretien entre un fan suisse et Ralph König lui-même. Celui-ci permet de mettre en parallèle sa vie et ses thématiques récurrentes, de découvrir la genèse de son œuvre, depuis des revues confidentielles jusqu'aux albums à succès, et de tout savoir, ou presque, de l'évolution de sa perception du couple, de l'influence du SIDA sur son entourage, de l'hypocrisie de la religion... Malgré tout, au final, il faut bien avouer que cette revisite des BD phares du « Roi », laisse un peu sur sa faim. Reste juste une jolie histoire avec Igel, un ami d'enfance, avec qui il refait de vieilles photos, rejouant ainsi certains moments du passé.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire