L'HIVER FÉÉRIQUE

Avec

De la dentelle au carton ondulé

Une louve qui se confectionne un manteau de renarde. Une étoile qu'on offre en signe d'amitié. Une jument qui aide à s'endormir. Une étoile qui a perdu son chemin. Tout plein d'histoires qui se passent dans la neige...

Voici un délicieux recueil de 7 courts métrages russes et coréens, ayant tous pour point commun l'hiver et un cadre enneigé. Utilisant toutes sortes de techniques d'animation, du dessin traditionnel à la stop Motion, ces petits films varient également les supports et matériaux, de la dentelle et du tissu au carton ondulé, en passant par le papier découpé ou la patte à modeler. Faisant la promotion de valeurs telles l'entraide ou l'amitié, il se dégage de ces œuvres une indéniable sensation de douceur, parfaite pour la période des fêtes.

"L'hiver est arrivé" propose une fausse 3D, avec des personnages en patte à modeler sur fond de tissus et dentelles. Une femme louve y détricote les vêtements faits pour les arbres et autres animaux. Dans "Toutes les étoiles", le dessin traditionnel, dans de belles teintes alliant la douceur du bleu, du blanc et du jaune, propose une histoire de capture d'étoiles. "Le temps des enfants" invite à l'imagination, alors qu'un enfant s'endort en rêvant de la jument qu'il a croisé dans la journée et de tout un tas d'animaux volants. Le film est peint, sur carton ondulé, lui conférant un aspect bricolé des plus charmants.

"Une petite étoile" mêle crayon et peinture pour conter l'histoire d'une étoile tombée sur terre. La description du quotidien des étoiles, les nuages ayant toutes sortes d'usages possibles, est assez séduisante. Certainement l'un des plus jolis courts de cette série, "Les moineaux sont des bébés pigeons" séduit par son trait au crayon papier, accompagné de touches ponctuelles de couleur (jaune, etc.), et la douceur enfantine qui s'en dégage.

Le film qui apparaît sur l'affiche, "Lapins des neiges" utilise les pastels et les tons blanc et bleu pour raconter l'histoire d'une famille de lapins poursuivie par un loup. Enfin, "La petite moufle rouge" et son animation mêlant papier découpé, tapisserie, dentelle, tricot et fil, vient clore ce recueil en beauté. On y suit une petite fille perdue en forêt et aux prises avec une créature faite de moufles couleurs feuilles. Une jolie séquence qui invite à la sortie de cet hiver dont la douceur enneigée est mise en avant par chacun des films. Une belle conclusion pour un recueil à la rare harmonie, attisant curiosité et imagination.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire