Parce qu'on en a jamais assez !

LA FIANCEE ERRANTE

Un film de Ana Katz

Incompréhension mutuelle

Assis dans un car, Inès demande des explications à Miguel. Leur couple semble au bord de l'implosion. Lui, est agacé par ses questionnements à elle. Elle, ne comprend pas son mutisme et les reproches qu'il lui fait. Près de la station balnéaire où ils doivent se rendre pour quelques jours, elle descend du bus. Lui reste à sa place...

« La fiancée errante » est le deuxième long métrage d'Ana Katz, réalisatrice et actrice argentine surtout connue en France pour son rôle dans l'excellent et décalé « Whisky ». Loin de l'humour pince sans rire de ce dernier, « La fiancée errante » affiche ouvertement le désespoir de son anti-héroïne, confrontée à une rupture soudaine et non souhaitée. Epinglant une certaine lâcheté de l'homme, qui au lieu de continuer à discuter se réfugie derrière un téléphone, se permettant ainsi une apparente écoute, le scénario ne fait pas pour autant la part belle à cette jeune femme, la « fiancée », perdue en plein rabâchage, à la fois inutile et enlisant.

Si le fond n'est pas très nouveau, le film provoque néanmoins un trouble sur la forme. Aussi perdu que la jeune femme, le spectateur découvre une station balnéaire éclatée et d'un vide surprenant. Entre les aller-retour dans la pension où elle loge, nombreux coups de fils angoissés depuis une inhumaine cabine d'un centre d'appels téléphoniques, la maison de famille où elle se réfugie et les rares personnages qu'elle croise, la réalisatrice nous emmène peu à peu vers une envoûtante scène de malaise. Située en forêt, elle constitue le point d'orgue de l'effondrement annoncé de cette fragile femme qu'interprète avec justesse Ana Katz elle même. Désarmée face au refus d'une histoire rêvée, elle touche forcément.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire