Parce qu'on en a jamais assez !

DRÔLES DE PETITES BÊTES

Bien sage

La jeune Reine abeille est un peu débordée par la cadence de sa ruche. Avec l’arrivée d’un pauvre grillon, qui met la pagaille au sein de la colonie, elle se retrouve interdite de sortir. Et bientôt, sa cousine la guêpe prend sa place…

Découvert en première mondiale au dernier Festival d’Annecy, "Drôles de petites bêtes" est l’adaptation de la collection de bandes dessinées signées Antoon Krings (chez Gallimard), qui a partagé ici la réalisation avec Arnaud Bouron, plus connu pour des séries télé animées. Issu d’une littérature forte de quelques 18 millions d’albums vendus en France, traduite dans 19 langues, et regroupant près de 60 personnages, le film cible clairement les moins de dix ans, au risque de provoquer un certain ennui chez les parents.

Histoire de rivalité entre abeilles et guêpes, histoire d'amour entre un grillon et la reine des abeilles, le film se teinte de quelques messages écolos minimalistes et d'élans romantiques simplistes, dont la portée reste bien faible. Très illustrative, cette fable aux élans faiblement épiques, aurait sans doute mériter un peu plus de liberté, restant certes très fidèle aux albums, mais s’avérant bien sage dans es ressorts dramatiques. Restent quelques jolies idées telles que la luciole projecteur, la chauve souris aux mimiques de chien, et de belles scènes au clair de lune.

Malheureusement ce film d’animation en images de synthèses s’avère tellement policé qu’il passionnera guère au-delà de 6 ou 7 ans. Si les personnages paraissent bien superficiels, les mômes devraient y trouver leur compte en terme de décors colorés et de découvertes animalières, allant du grillon à l’abeille, en passant par la chauve souris, le moustique, la guêpe, le hibou… Un long métrage à réserver cependant aux fans de l’univers construit savamment par Antoon Krings ou aux tous petits.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire