Banniere Festival d'Annecy 2021

LA DOULEUR DE LA MER

Une évocation de l'immigration aux parallèles saisissants

La Jungle de Calais. Des réfugiés témoignent face caméra, racontant leur calvaire : un voyage éprouvant, la durée, la peur… Des acteurs lisent des textes, de la déclaration des Droits de l’homme à des lignes de Richard III, apportant ainsi de saisissants parallèles...

Il est de ces documentaires qui, même s'ils ne relèvent pas du chef d'œuvre, transpirent tellement la générosité, que l'on ne peut qu'en défendre le propos, tout comme éventuellement la forme. En choisissant d'évoquer le sort réservé aux migrants tentant de rejoindre la Grande Bretagne, l'actrice Vanessa Redgrave ("Retour à Howard's end", "Reviens-moi", "Le crime de l'Orient Express"), qui passe ici pour la première fois derrière la caméra, fait preuve d'audace autant qu'elle réussit un véritable pari formel.

À la figure récurrente des reflets d'une couverture de survie, évoquant dans un flouté sur fond de bruits de vagues, la dangerosité d'une traversée, elle ajoute les images crues d'une embarcation pleine d'enfants qui marquent durablement, ou les bruits assourdissants d’une Jungle que l’on démantèle. Mais la force du film provient des parallèles subtils qu’elle tisse avec la situation d'avant Première Guerre Mondiale ou l'exode des Hongrois en 1956, tout comme avec son propre passé (elle fut « déplacée interne » en 1940, du fait des bombardements sur Londres).

Intelligemment, elle donne au passage la parole à quelques acteurs, non seulement pour témoigner de leur propre engagement, mais aussi pour jouer un pan d'histoire, comme oubliée (Emma Thompson qui lit au hasard des titres d'un quotidien de 1940, Ralph Fiennes jouant La Tempête de Shakespeare…). Permettant ainsi de saisir l'effrayant contexte actuel, en regard d'un passé qui n’est pourtant pas si lointain, elle réaffirme avec ferveur le droit à la dignité et à l’égalité. Un documentaire efficace et pertinent, dont l’originalité lui permet de se démarquer des nombreux films traitant du même sujet.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire