Parce qu'on en a jamais assez !

DEMONLOVER

Un film de Olivier Assayas et Saya

Manipulations à tous les étages

Diane (Connie Nielsen) fait partie d'une grande multinationale, et est chargée de torpiller un contrat pour une boîte concurrente. Repérée, elle va s'apercevoir qu'elle est manipulée depuis le début…

Le nouveau film de Olivier Assayas ('L'eau froide', 'Les destinées sentimentales'…) est un nouvel essai du cinéaste, qui se frotte une fois de plus à un genre nouveau et hybride. Difficile de définir clairement ce genre, qui oscille entre film d'espionnage noir, et semi-manga mêlé de snuff-movie. La trame, très complexe, mêle trahisons, manipulations, retournements de situations à répétition, dans un univers aseptisé, désincarné.

Dans ce cadre sérieux où les luttes de pouvoir sont légions, les acteurs, sublimes, rivalisent de froideur et de cynisme. Connie Nielsen est impénétrable d'un bout à l'autre du film, glaciale à souhait. Charles Berling est légèrement excessif en patron rosse et sexiste. Enfin, Chloé Sévigny ('Boys don't cry') réserve bien des surprises, entre soumission et rébellion.

De scène en scène, Assayas nous promène dans un labyrinthe d'ambitions et d'enjeux, dont on se délectera de ne pas maîtriser les tenants et aboutissants. De là naîtra la réelle terreur dans l'esprit du spectateur. Certains trouveront l'exercice vain, et la réflexion sur la réalité virtuelle pénible, mais le malaise restera longtemps en eux, malgré tout.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire