Banniere_Festival_Lumiere_2020

BUENOS AIRES 1977

Un film choc

De jeunes argentins se font kidnipper par des milices et se retrouvent prisonniers dans une maison...

« Buenos Aires 1977 » est un film physique et politique. Stigmatisant les raffles arbitraires dans les milieux intellectuels argentins sous la dictature militaire, ce film fait office de quasi documentaire. De manière à mettre en exergue l'injustice de la situation et l'incapacité des prisonniers à comprendre ce qui leur arrive, le scénario préfère éluder tout contexte social ou politique extérieur à ce microcosme, observé à la loupe pendant près de deux heures. On frole donc le documentaire, avec le récit implaquable de conditions de détention inhumaines, de tortures quotidiennes et d'une perte progressive de repères, temporels et humains.

« Buenos Aires 1977 » est donc un film sensoriel. Au fil du récit, le spectateur, immergé dans cet univers poisseux et étriqué, apprend lui aussi à souffrir. Le hors champ est bien entendu utilisé à bon escient, suggérant l'horreur de manière indirecte. Et l'on s'intéresse du coup aux restes d'humanité qui subsistent dans les pires situations avec l'espoir d'une évasion que le décompte des jours nous laisse entrevoir. Exit donc un quelconque exposé des motifs de ces pratiques inommables, comme pour mieux finir de les rendre totalement illégitimes et impardonables.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire