Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

BRUCE TOUT-PUISSANT

Un film de Tom Shadyac

Une idée formidable, mais une mise en scène sans originalité

Bruce Nolan est frustré de ne couvrir que des reportages bidons pour une chaîne de télévision locale de Buffalo. Mécontent des nombreuses embûches qui se posent sur son chemin, lors d'une journée particulièrement mauvaise, il ne cesse de maudire Dieu, qu'il désigne comme responsable de tous ses déboires. Ce dernier se présente alors à lui, et lui donne ses pouvoirs, en l'incitant à prouver qu'il peut faire mieux…

On attendait impatiemment le nouveau méga carton aux USA signé Jim Carrey (plus de 200M$), pensant, au regard d'une bande-annonce alléchante à l'idée de départ enthousiasmante, qu'on aurait droit à un nouveau "Truman Show". Or revoici que le fameux Jim, comédien aux capacités immenses indéniables, nous ressert sa multitude de grimaces et autres singeries, certes souvent drôles, mais épuisantes par leur accumulation. Mais cette surenchère de gesticulations et bons mots improvisés, ne réussit heureusement pas à gâcher la bonne humeur et l'inventivité de ce film.

Entre le chien qui lit le journal aux toilettes, les gangstas qui prennent une raclée, ou encore le présentateur de JT qui pète un câble, les gags, s'ils ne sont pas toujours très légers ou vont parfois un peu loin, ressemblent étrangement à des vengeances qui nous sont tous passées par la tête, lors d'un quelconque jour difficile. L'astuce du film est donc de donner à un individu la possibilité de les réaliser, d'où le caractère jouissif de certaines scènes. Jennifer Aniston brille de toute sa fraîcheur, en petite amie qui souhaite construire sa vie avec un immature, et Jim Carrey toujours aussi exubérant.

Un petit bémol cependant, car il faut préciser que la morale de l'histoire a tout du bien-pensant, et que les quelques tirades cléricales de la fin paraîtront un rien poussives et mal venues, aux Français souvent athées que nous sommes. Pas de quoi bouder son plaisir cependant, face à cette sucrerie pleine de trouvailles (ah la scène des prières sur post-it), que les distributeurs ont eu la bonne idée de nous offrir à la rentrée et non en juillet, comme prévu initialement.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire