Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

BRAQUEURS AMATEURS

Un film de Dean Parisot

Hollywood s’attaque aux scandales financiers, sous l’angle de la comédie

Sur le point de passer Vice président de sa boîte, Dick encourage sa femme à démissioner de son travail. Malheureusement, après sa première conférence de presse en tant que responsable des finances, le cours de l’action s’effondre, et l’entreprise fait faillite. Le couple se retrouve rapidement dans une situation financière difficile…

Fun with Dick and Jane est un remake, qui pourtant s’avère d’une actualité cuisante. Les producteurs et scénaristes remercient d’ailleurs ouvertement les responsables de Wordlcom et de Enron, pour l’inspiration qu’ils neur ont fourni pour mettre le script au goût du jour. Il faut dire qu’Hollywood n’aura pas mis longtemps pour s’approprier les récents scandales financiers qui ont touché le monde des audits et de la fourniture d’énergie. On se délecte donc de ces références pas si drôles pour certaines familles qui ont réellement perdu, comme le couple héros du film, leur boulot, leur retraite et leurs économies en actions.

Mais tous n’ont pas fait comme Jim Carrey et Tea Leoni, et ne sont pas devenus des voleurs ou des braqueurs. Plus sombre qu’à l’habitude, Jim Carrey donne dans la comédie et s’attaque à l’un des signes extérieurs de richesse (ou de bienséance) : la pelouse du voisin, tondue à raz. Tea Leoni, désespérée, forme avec lui un couple crédible dans sa complicité. Les suivre dans leur initiation au monde de l’arnaque, et dans la préparation de leur maladroite vengeance est un régal. D’autant que le titre du film est une allusion au bouquin avec lequel tous les américains ont appris à lire, ce qui donne une toute autre morale à cette histoire d’apprentissage du vol.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire