Parce qu'on en a jamais assez !

BONJOUR LE MONDE !

Une finesse d’animation pour faire découvrir la nature aux plus petits

Dans la nature, un bébé castor découvre le monde et dialogue avec ses parents. Un têtard s’aperçoit de la différence des autres. Une petite tortue est le vecteur d’une explication sur la reproduction. Les petits du héron, des rapaces apprennent à vivre. Insectes, oiseaux, mammifères, apprennent à cohabiter…

Bonjour le monde film animation image

Mis en scène comme une série de 10 fois 9 minutes, diffusée au printemps 2019 sur la plateforme Zouzous puis sur France 5, "Bonjour le monde" devient un film d’animation à part entière pour sa présentation au Festival d’Annecy avant de débarquer sur les écrans dans une version d’environ 1 heure. Visant à raconter avant tout aux plus petits l’équilibre des écosystèmes, la naissance de diverses animaux, mais aussi leur relation aux plantes ou champignons, le film invite à être curieux et à se poser la question de sa propre place dans un ensemble bien vaste.

Utilisant une technique de marionnettes animées en stop-motion, le film est composé de 1200 plans, soit près de 90 000 images, que les coréalisateurs ont travaillées avec minutie, se faisant à la fois metteurs en scène, dessinateurs, sculpteurs, et décorateurs. Ce sont ainsi plus de 110 marionnettes et plusieurs centaines de sculptures qui permettent de visualiser des scènes de naissance ou de vie de 76 espèces animales, 43 espèces végétales et 4 espèces de champignons, ainsi que le passage du jour ou des saisons. Utilisant principalement papier (imprimé, peint, pliés), tissus, et peintures, le travail est titanesque, et le résultat esthétiquement marquant.

Au final, le film regroupe une dizaine d’espèces protagonistes (hibou moyen-duc, castor d’Euorpe, grèbe huppé, salamandre tachetée, martin pêcheur, butor étoilé, tortue cistude, brochet, noctule de Leisler, anax empereur), qui grandissent sous nos yeux et s’ouvrent au monde d’eaux et de forêts qui les entoure. Gageons que les plus jeunes seront interpellés à la fois par le graphisme, mais aussi par les pensées des créatures, exprimées ici à haute voix, et permettant d’exorciser envies, inquiétudes comme peurs.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire