Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2022 : "Sans filtre", nouveau jeu de massacre signé Ruben Östlund

25 mai 2022
Festival de Cannes 2022 impression 11 Sans Filtre - Triangl of Sadness horizontale
© Fredrik Wenzel © Plattform

Compétition
SANS FILTRE
(Triangle of Sadness)
de Ruben Östlund
avec Charlbi Dean Kriek, Harris Dickinson, Oliver Ford Davies, Woody Harrelson, Zlatko Buric, Hanna Oldenburg, Iris Berben...

Notre première impression sur le film :

Habitué du Festival de Cannes, où il avait déjà présenté côté Quinzaine des réalisateurs le film "Play", avant de connaître la notoriété à Un certain regard avec le formidable "Snow Therapy", le Suédois Ruben Ostlund avait ensuite remporté la palme d’or avec le brillant "The Square". Le voici donc de retour en compétition avec un nouveau brûlot dont il a le secret, qui s’attaque d'emblée non pas cette fois-ci au milieu de l'art contemporain, mais à celui de la mode, et ensuite surtout à un capitalisme agonisant, dépeignant une classe de riches et de parvenus tous plus odieux les uns que les autres. La scène d'ouverture du film pose d’ailleurs la superficialité comme un élément clé du monde actuel, avant lors d'une scène au restaurant de poser aussi la question de la décence et d’entamer une petite réflexion sur le rapport individuel à l’argent. On commence alors à rire jaune, comme dans son précédent film.

Disposant de trois parties clairement distinctes, la première faisant office de grande introduction, mettant en avant le couple phare du film composé de deux top-models, et la seconde nous embarquant dans une croisière de luxe dysfonctionnelle, le malin scénario de Ruben Östlund dissèque à la fois les rapports de classe (ici entre riches et servants), la relation à l’argent, avant de réfléchir à une impossible réorganisation des rôles. Finalement assez pessimiste, le scénario, rempli d’humour noir, fait un nouveau mouche. Et même si l’auteur n’évite pas certaines longueurs notamment dans les parties les plus signifiantes, la surenchère reste cependant la bienvenue pour mieux marteler son message sur un capitalisme décadent.

Voir un extrait du film "Sans filtre" :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :