Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2022 : "Les cinq diables", une envoûtante surprise

28 mai 2022
Festival de Cannes 2022 impression 15 Les cinq diables
© F comme Film - Trois Brigands Productions

Quinzaine des réalisateurs
LES CINQ DIABLES
The Five Devils
de Léa Mysius
avec Adèle Exarchopoulos, Sally Drame, Swala Emati, Moustapha Mbengue, Daphne Patakia, Patrick Bouchitey…

Notre première impression sur le film :

Présenter à la Quinzaine des réalisateurs, le film français "Les cinq diables" aura été l’une des énormes surprises de ce 75e festival de Cannes. D’emblée, le premier plan marque : de jeunes filles habillées en tenue de gymnastique, regardent en pleurs un incendie, et Adèle Exarchopoulos, au centre, se retourne vers la caméra, le regard en détresse. Que s’est-il passé ? Sommes nous dans le passé ou dans le futur ? On devine vite des bribes du drame qui s’est produit, sans pour autant être capable d’en saisir les tenants et aboutissants. Et c’est la mise en scène de Léa Mysius, qui, au fil des sous-intrigues, va progressivement amener quelques détails dans le temps présent ou via quelques visions d’une petite fille héroïne du film, permettant de saisir toute l'ampleur du drame.

Vicky, la fille de Joanne (Adèle Exarchopoulos), a en effet un don tout particulier : elle a un odorat plus que performant. Il suffit d’ailleurs d’une scène un peu flippante dans laquelle sa mère lui fait renifler divers éléments, pour donner le ton de ce film trempé de fantastique. Impressionnée par son don, elle lui bande les yeux et lui demande de la retrouver au milieu de la forêt. Et la gamine parvient à la suivre à l’odeur... Sombre histoire de famille, l’intelligent scénario se double d’une mise en scène qui manie à merveille le suspense, convoquant des principes narratifs que ne reniraient pas Terry Gilliam ou David Lynch. Pas de doute Léa Mysius, dont c'est le second long métrage après "Ava", est d’ores et déjà une cinéaste à suivre.

Voir la bande annonce du film "Les cinq diables" :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :