Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival d’Annecy 2022 : Pronostics pour le palmarès

18 juin 2022
Festival d'Annecy 2022 impression 02 Khamsa Le puits de l'oubli
© "Khamsa" - D-Clik, Fourni par le Festival d’Annecy

Peu aisé cette année de prédire qui pourrait bien remporter le Cristal du meilleur long métrage d’animation. Globalement l’ensemble des 10 films présentés aura été d’une qualité indéniable, qu’elle soit graphique, scénaristique, ou en termes de message, parfois politique (notamment écologique), parfois social.

Pour la compétition officielle

Parmi les favoris, quatre films semblent cependant se détacher. Il y a d’abord "Interdit aux chiens et aux italiens", bouleversant récit tourné en stop motion, parlant de la condition ouvrière et de migrants économiques, en forme de dialogue entre le réalisateur et sa grand mère, qui pourrait bien mettre tout le monde d’accord. Le japonais "The House of the lost on the cape" vient ensuite, mêlant monde des esprits et conséquences du tsunami, qui a réussi à convaincre grâce à son touchant trio de personnages et une jolie dose de magie. Le français "Saules aveugles, femme endormie", adaptation à la tonalité désabusée de plusieurs nouvelles de Haruki Marakami, l’auteur de "Drive my car", mêle quant à lui des personnages confrontés à la réalité du monde du travail, comme aux difficultés de la solitude ou de la vie en couple. Le film convoque une bonne dose de fantastique et diverses styles graphiques, histoire de mieux « réveiller » ses personnages. Sa poésie et une animation où l’effacement fait office de principe séduisent réellement. Et enfin "L’île" de Anca Damian, fable onirique réinterprétant Robinson Crusoe, sur fond de pollution des mers et de sort des migrants, pourrait aussi séduire le jury.

Pour la compétition Contrechamp

Dans la compétition contrechamp, il y a par contre un grand favori, ayant attiré des foules grandissantes au fil du festival. Même s’il ne nous a pas été possible de découvrir tous les longs métrages en lice, il s’agit du film algérien "Khamsa, the well of oblivion", qui propose un voyage assez inoubliable auprès de son jeune héros, un garçon ayant perdu la mémoire. Quelques aspects jeux vidéos, avec passages de niveaux (un clin d’oeil d’ailleurs parfaitement assumé…) et des récompenses successives permettent de rythmé un film contemplatif, offrant un tout un monde de noirceur. Un conte à la beauté affolante, dans lequel on a juste envie de se replonger tout de suite. Une mention pourrait quant à elle être décernée à l’américain "Quantum Cowboy", réflexion sur les réalités parallèles, autour de cowboys recherchant un musicien, dont la créativité visuelle convoque pas moins de 12 styles d’animation. Réponses ce soir à partir de 20h, en grande salle de Bonlieu.

Pronostics pour le palmarès

Cristal du long métrage
SAULES AVEUGLES, FEMME ENDORMIE
de Pierre Földes

Prix du jury long métrage
INTERDIT AUX CHIENS ET AUX ITALIENS
de Alain Ughetto

Mention du jury
THE HOUSE OF THE LOST ON THE CAPE
de Shinya Kawatsura

Prix Fondation Gan à la Diffusion
L’ÎLE
(The Island)
de Anca Damian

Prix Contrechamp
KHAMSA
The Well of oblivion – Le puits de l’oubli
de Khaled Chibeb

Mention du jury Contrechamp
QUANTUM COWBOYS
de Geoff Marslett

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :