Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

INTERVIEW

BEL AMI

© StudioCanal

Un récit aux résonances actuelles

Quand on interroge les réalisateurs sur le fait que « Bel ami » résonne forcément comme un récit actuel, ils confirment que cela a fait partie de leurs motivations pour adapter l’œuvre. Cela parle « d'un gouvernement corrompu, soutenu par un média corrompu, et qui prépare l’invasion d'un pays pour des motifs d'intérêts économiques », « évidemment cela n'a rien à voir avec l'actualité ». (rires)

Un personnage arriviste pour Robert Pattinson

Robert Pattison lui-même affirme que son personnage « n'est pas réellement journaliste », il travaille sur les commérages. « C'est un peu comme un acteur de télé réalité, il peut avoir de l'argent et une réputation sans rien faire ». Au fond, le récit, écrit en 1885, pourrait être très actuel. D'où l'intérêt de jouer Bel ami, car ce type de personnage « n'apparaît plus dans les films aujourd'hui », il est de celui qui « frappe tout le monde dans le dos et est récompensé ». « Il ne se repend pas ».

En fait Robert Pattinson avait lu le script il y a longtemps, et comme il le dit lui-même, il a « grandi un peu depuis ». Rétrospectivement, il avoue qu'il était « un peu comme lui », mais en « moins horrible ». « Ce n'était pas quelqu'un qui avait de l'énergie pour réussir quelque chose, mais plutôt quand on le frappait, le contrariait », alors il développait cette force. L'un des deux réalisateurs indique que Robert a « connecté immédiatement » avec le personne, qu’il en « a compris la vénalité », mais que « le personnage n'a pas de talent et arrive au top, [c'est à dire tout] le contraire de Robert... ». Et Robert de rajouter que son personnage est « un paresseux ; ses parents payent pour son éducation ». « Il pense qu'il a le droit d'être riche, qu'il est né avec ce droit ».

Du vampire de Twilight à Bel ami

Interrogé sur sa responsabilité en tant que "modèle pour beaucoup de jeunes", Robert Pattinson répond humblement que sa responsabilité « n'est pas de donner autre chose qu'une prestation ». Il s'agit pour lui de "ne pas répéter la même chose éternellement pour l'argent", ajoutant que « si l'audience de Twilight vient voir Bel ami, [ce sera] tant mieux... »

Paris du côté de Budapest

Le tournage a eu lieu à Budapest, principalement pour des raisons de budget. Cette ville « ressemble à Paris » selon les réalisateurs, qui trouvent ses boulevards très similaires. Le « background dans le design et le théâtre » de l'un des deux réalisateurs a permis un travail « plus sur l'aspect, l'espace », tandis que l'autre pouvait parler aux acteurs.

Un changement d'image pour Christina Ricci ?

Christina Ricci affirme qu'elle a connu et aimé le livre dès l'année de ses 14 ans. Le personnage de Clotilde l'a tout de suite attirée. « Elle est innocente, on se sent compatissant pour elle. En même temps, on réalise que l'autre est son père, et qu'elle va le contrarier sciemment » se souvient-elle. Il était pour elle « amusant de jouer différents niveaux en hésitant entre innocence et machiavélisme ».

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT