Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

BEL AMI

Prêt à tout

Georges Duroy est un jeune homme ambitieux, qui souhaite se faire un nom dans le Paris mondain et surtout s’assurer une sécurité financière. À travers ses rencontres, il va gagner la protection de certaines femmes, qui vont lui faire gravir les échelons de la bourgeoisie à vitesse grand V...

L’ouvrage de Maupassant a plus souvent intéressé la télévision que le grand écran : la dernière version cinématographique, réalisée par Louis Daquin, date de 1955 et a été précédée de celle du réalisateur américain Albert Lewin en 1947. Cette nouvelle adaptation est le fruit d’une collaboration anglo-saxonne entre Declan Donnellan, metteur en scène de théâtre britannique, et Nick Ormerod, directeur d’une compagnie de théâtre anglaise, Cheek by Jowl. À croire que la France ne s’intéresse pas à son capital littéraire !

Et pour interpréter George Duroy de Cantel : Robert Pattinson (le vampire de la saga "Twilight"). Lui confier le rôle de Bel ami est autant un pari risqué que l’assurance d'une rentabilité auprès d'un public féminin encore sous le charme de ses canines vampiriques. Le pari n’est pourtant pas complètement perdu, malgré son jeu d’acteur plutôt moyen. Il incarne son rôle de séducteur manipulateur avec une certaine élégance et avec aplomb, même s'il ne semble capable que d'une mono-expression, que ce soit pour les scènes de tristesse ou celles de contentement…

Coté casting féminin, Uma Thurmann est parfaite dans le personnage de Madame Forestier, femme du monde, érudite et très influente. On a également plaisir à voir évoluer la belle et fragile Christina Ricci, qui se faisait rare sur grand écran. Au final, on peut regretter que cette adaptation de Maupassant semble oublier quelques aspects du roman, comme le premier mariage de George Duroy ou bien le fait que ce soit un homme cultivé, et non un illettré comme on tente de nous le suggérer... On peut lui reprocher également de ne pas vraiment donner un accent « français » à cette histoire, du fait de son casting (mi-britannique, mi-américain) et des très rares plans de Paris (le tournage a eu lieu à Budapest)...

Une chose est sûre, c’est que Robert Pattinson a voulu casser son image d’adolescent-amoureux transi en la troquant pour celle d'un anti-héros de la littérature française, égoïste, arriviste et opportuniste… Mais Bel ami est-il vraiment un personnage si repoussant pour qu'il y parvienne réellement ? Rien n’est moins sûr.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire