Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

DOSSIERTest DVD

Test DVD - CARTEL

Date de sortie : 19 mars 2014

Attiré par le danger et l'argent facile, un avocat en droit pénal se lance dans un trafic de drogue à la frontière américano-mexicaine. Il fait alors affaire avec Reiner, amant de la sexy Malkina. Mais avec la disparition de la cargaison, la vie de l'avocat devient un enfer et il se rend compte, trop tard, qu'une seule décision peut avoir des conséquences dramatiques…

Test DVD

"Cartel" aurait pu être le grand retour de Ridley Scott après une longue série de blockbusters sans âme, mais il n’aura fait que confirmer hélas ce que l’on soupçonnait déjà : loin du cinéaste visionnaire et inspiré qu’il a su incarner pendant si longtemps ("Blade Runner" et "Alien", tout de même !), Scott n’est désormais plus qu’un tâcheron anonyme, certes techniquement surdoué, mais trop policé pour être capable d’injecter de la singularité à une œuvre. Et avec ce néo-polar totalement nébuleux, à l’intrigue gavée de dialogues à quadruple sens écrits par Cormac McCarthy, autant dire qu’il s’est tiré une balle dans le pied, ce que le flop monstrueux du film outre-Atlantique tend à justifier. L’édition Blu-Ray n’allait donc pas être l’occasion de redorer le blason de ce fascinant échec, mais au moins de tenter d’en explorer les recoins les plus profonds. Pari gagné ? Réponse ci-dessous…

Menu :

Comme souvent sur les galettes numériques éditées par la Fox, le menu se contente d’animer quelques extraits du film avec une musique de la bande originale en arrière-fond. Rebelote ici, et du coup, il n’y a pas grand-chose d’autre à rajouter.

Image :

Le nec plus ultra de la haute définition nous est offert avec le Blu-Ray de "Cartel" : précision d’image diabolique, profondeur de champ hallucinante à partir d’un écran suffisamment large, colorimétrie flashy, esthétique sublimée, etc… On appelle ça la perfection, ni plus ni moins.

Son :

Pas de VF pour la version longue, et c’est tant mieux : la VOST se suffit largement à elle-même, tant le phrasé des prestigieux acteurs du film enterre tous les doublages du monde. De plus, c’est à cette version originale que le Blu-Ray réserve son meilleur mixage, à savoir un redoutable DTS HD 5.1 (les adeptes de la langue de Molière devront se contenter d’une piste DTS mi-débit, donc moins intéressante en termes de spatialisation.

Bonus :

Version longue non censurée
Lorsque Ridley Scott décide de concevoir une version longue d’un de ses films, on peut être certain qu’elle va surpasser le montage cinéma (on garde encore en mémoire l’exceptionnel director’s cut de "Kingdom of Heaven"). C’est peu dire que l’on attendait beaucoup de ce montage non censuré de "Cartel", plus long d’une vingtaine de minutes et présenté dans une qualité HD absolument identique à la version cinéma. Au final, ce nouveau montage se révèle plus sanglant, plus sexuel, mais aussi plus bavard. Cela dit, ce n’est plus la longueur du film qui pose problème, la plupart des ajouts ayant tendance à harmoniser davantage le rythme de l’intrigue. Et ces ajouts rendent cette dernière plus explicite et frontale, poussant la logique too much des dialogues et des personnages vers leurs limites les plus extrêmes : attendez-vous donc à un rallongement des instants les plus sexuels du film (l’ouverture sous la couette, la scène de baise sur pare-brise, le phone-sexe entre Cruz et Fassbender) et, surtout, à une scène finale encore plus gore et délirante que celle visible en salles (la décapitation de Brad Pitt). Tout ceci offre au final plus de curiosité que de satisfaction, le résultat final ne réussissant jamais à réparer le défaut principal de la version cinéma, à savoir une accumulation bête et méchante de champs/contrechamps qui se contentent d’illustrer platement le texte symbolique de McCarthy. Du coup, inutile pour les déçus du film d’espérer changer leur opinion en visionnant cette nouvelle version. Mais d’un côté, on s’y attendait un peu…

Making-of
La particularité de ce très long making-of réside dans le fait qu’il peut être visionné en parallèle du film. En l’état, au vu de son découpage assez prévisible en modules thématiques qui abordent tout le contenu du film et du tournage (donc sans rapport direct avec la construction narrative du film), on préconisera de le regarder d’une traite, donc séparément du film. Son contenu revient en détail sur chaque composante du film, de l’écriture du scénario par McCarthy jusqu’à la postproduction en passant par la caractérisation des personnages : rien d’extraordinaire en soi, mais pour en savoir plus sur la conception de "Cartel", c’est l’idéal. Et comme toujours, dès qu’il s’agit de revenir en détail sur son œuvre, Ridley Scott reste un cinéaste intarissable et passionnant à suivre.

3 vidéos virales
La notion de « vidéo virale » est un curieux concept car, dans le cas présent, il serait plus judicieux de parler de « scène coupée ». Trois scènes sont ici proposées : une discussion entre Pénélope Cruz et un homme dans le hall d’attente d’un aéroport, une visite de Michael Fassbender dans un salon de mariage tenu par une jeune femme incroyablement sexy (on reconnaîtra Natalie Dormer, qui jouera un rôle crucial dans les dernières scènes du film) et la rencontre entre Cameron Diaz et Javier Bardem dans une station-service paumée au milieu de nulle part… On cherchera encore l’utilité de terminer chacune de ces scènes par une voix de vidéosurveillance, mais au-delà de ce petit détail farfelu, ce trio de saynètes présente un intérêt narratif plus qu’évident.

Liste des bonus Blu-Ray
- Version longue non censurée (2h18) ;
- Making-of (1h18) ;
- 3 vidéos virales (7min) ;
- Bandes-annonces & Spots TV

Guillaume Gas Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT