Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

ULTRAVIOLET

Un film de Kurt Wimmer

Milla, Résident Evil girl par excellence!

Dans un futur pas si proche que cela, les vampires sont pourchassés par les humains qui tentent par tous les moyens de les détruire, y compris en utilisant un enfant un peu spécial. Une résistante vampire va alors enlever cet enfant et voir se lancer à sa poursuite vampires et humains. Elle va alors découvrir la vérité sur la maladie qui transforme les humains en vampires...

Ce film sans prétention est un pur film d'action invraisemblable, inspiré d'une bande dessinée quasi-inconnue en France. D'ailleurs il est à noter que ce film sort la même année que Aéon Flux, en visant le même registre stylistique, mais en étant plus efficace, car complêtement décomplexé.

Si l'histoire ne laisse pas un souvenir impérrissable, l'approche est quand même assez originale, avec un parallèle certain entre ses malades que sont les vampires, et ceux du sida dans certains pays, le traitement social de cette catégorie de personnes étant le même. Mais ceci n'est qu'un pretexte, pour introduire une accumulation de scènes spectaculaires de combats, blindées d'effets spéciaux, défilant à 100 à l'heure.

Les scènes d'actions sont irréalistes, mais tellement assumées, remixant les géniales trouvailles de ces dernières années, avec parfois un certain style. Certes cela reste de la série B, avec un scénario en forme de gruyère, et des personnages pour le moins caricaturaux et grimaçants.
Mais les décors, les effets spéciaux et autres combats rendent le film agréable et plein d'entrain, avec un côté « poseur » assez sympathique.

En bref, un film sympathique, sans plus, qui ira très bien pour ce dégourdir les méninges au cours de la fête du cinéma.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire