Banniere Festival d'Annecy 2024

TOKYO GODFATHERS

Un film de Satoshi Kon
Avec les voix de Toru Emori...

Un véritable film, bourré d’action et d’émotion

Trois SDF découvrent au beau milieu de sacs poubelles, un bébé abandonné. La fibre maternelle de celui qui est en fait un travesti, le pousse à garder le bébé, ce malgré les injonctions de ses amis. Ensemble, et un peu malgré eux, ils vont partir à la recherche de la mère du petit…

Tokyo Godfathers est bien plus qu’un simple dessin animé. L’animation, un rien saccadée par moment, s’appuie sur des décors parfois en images de synthèses, qui permettent des mouvements de caméra surprenants, et diablement efficace. Mais le film de Sotoshi Kon (Perfect Blue, Millenium Actress) dispose avant tout d’une formidable histoire et de personnages finement écrits. Chacun d’entre eux dispose en effet d’un réel espace d’expression, l’équilibre étant évident, entre cette folle sympathique, ce garçon manqué et ce patriarche bourru. Et ce sont finalement plus leurs personnalités que les sitautions à proprement dites qui génèrent l’humour, omniprésent dans le film.

On prend donc un réel plaisir à suivre leurs aventures, à les voir pourchassé par la police, aider un mafieux en danger de mort, ou pouponner sous un tas de cartons qui leur sert de maison. D’autant que le second degré est toujours surprenant, et que le scénariste joue avec nos nerfs, même dans les pires moments, notamment celui où un vieillard SDF meurt… plusieurs fois de suite. Son récit témoigne également d’une réalité sociale affligeante, et en choisissant de traiter le tout avec un positivisme permanent, donne du baume au cœur. Brillant.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire